OFF
ON
Boxed
Envie de Montagnes et d’Aventure? Tenter l’Expérience au Royaume du Trek: Le Népal!

Envie de Montagnes et d’Aventure? Tenter l’Expérience au Royaume du Trek: Le Népal!

Vous avez des envies de Montagnes et d’Aventure? Alors partez tenter l’Expérience au Royaume du Trek, le Népal! Corentin Crouzet notre Kiné du Sport sur Trail Session Magazine revient sur un voyage qui l’a marqué…

Namaste!*

Quand arrive le mois d’octobre, les organismes sont fatigués après une année bien remplie de trails et courses en tout genre… Besoin de coupure, sans pour autant abandonner vos chères montagnes et votre esprit sportif ? Tentez l’expérience trek !

Et quitte à se lancer dans l’aventure, autant faire les choses en grand, dans la plus haute chaîne de montagne du monde, l’Himalaya.

Pas vraiment dur physiquement, mais usant par l’effet de l’altitude, vous affronterez des paysages magnifiques pour atteindre les différents paliers de votre périple. Pour ma part, nous sommes partis à cinq pour un trek de 12 jours, sur un parcours assez « classique », l’ascension du Kala Pattar. Coincée au milieu des plus grands sommets himalayens, cette pointe à 5640 m d’altitude offre une vue imprenable sur sa majesté le Mont Everest (8848 m).

Alors attention, ce ne sont pas des vacances ! La montagne reste la montagne, avec ses dangers et ses difficultés. Niveau équipement, on ne peut pas tricher, cela représente un certain budget, mais il faut un duvet au top (température de confort – 10°), une doudoune digne de ce nom et toute la panoplie qui va avec (bonnet, gants, bâtons, etc…). Pour les chaussures, vous aurez probablement un porteur (humain ou yak), alors ne vous embêtez pas avec des grosses chaussures trop lourdes et montantes, le sac sera léger !

Côté météo, les journées peuvent être chaudes quand le soleil tape, mais les nuits sont forcément très froides. Le mois d’octobre reste la meilleure période, coincée entre la mousson estivale et le rude hiver montagneux.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En amont, il faut choisir (ou pas d’ailleurs !) une agence de trek et organiser avec eux le parcours en fonction des envies. Il y en a pour tous les goûts, différents lacs ou sommets, avec ou sans alpinisme, tentes ou lodges, les options ne manquent pas. Certains se lancent sans guide, c’est « jouable », les chemins sont larges et les marcheurs nombreux, vous ne vous tromperez pas de route ! Néanmoins, le guide reste une sécurité importante, ne serait ce que pour l’accès aux lodges, de plus en plus rares (et donc rapidement bondés) à mesure que vous montez en altitude. De plus, en cas de coup dur d’un des membres du groupe pendant l’ascension, il est toujours utile d’avoir un avis connaisseur, qui lui ne sera jamais troublé par l’altitude ! Et puis cela permet toujours de faire tourner le commerce local, qui en a bien besoin…

Voila pour le côté pratique – organisation. Ensuite, il faut passer le stress de « l’aéroport le plus dangereux du monde », avec une arrivée sur une piste de seulement 500 m (!) au bord du gouffre, bonjour le freinage ! Et vous voila à Lukla, village de départ à 2800m d’altitude, le trek peut vraiment commencer. Les étapes ne sont pas forcément longues, entre 8 et 15 km, avec tout de même un bon dénivelé (entre 500 et 1000 D+ par jour), mais la difficulté est ailleurs. En effet, et c’est la où les traileurs grinceront des dents, le rythme de marche doit être lent, parfois très lent même, sinon les problèmes d’altitude peuvent rapidement arriver. Un peu frustrant, on aimerait courir à toute allure dans ces paysages, mais la sagesse reste la meilleure solution pour arriver au bout ! Le manque d’oxygène se fait vite ressentir, et les maux de tête restent très courants dans les groupes de trek, poussant certains à redescendre quand le mal d’altitude s’installe vraiment (nausées, vomissements, mais surtout risque d’œdème pulmonaire et de décès…).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 image01everest

Au fil des jours, vous verrez l’environnement évoluer à vos côtés, passant d’immenses forêts longeant les rivières à un désert de roches au milieu des glaciers enneigés. Tout ceci agrémenté de rencontres surprenantes, avec des imposants yaks sur votre chemin, et de moments épiques, comme la traversée du pont suspendu Hillary Bridge, 80 m au dessus du vide. En bref, c’est une aventure pas toujours facile, même pour un sportif confirmé, où la prudence est indispensable pour une bonne acclimatation. Mais pour les amoureux de la montagne et du voyage, c’est assurément un passage obligatoire, avec des paysages en tout point hors du commun (les photos parleront d’elles mêmes…) !

« A vous de jouer, rendez vous en octobre prochain dans l’Himalaya ! »

*(formule de salutation népalaise)

Corentin Crouzet (corentin_crouzet@hotmail.fr)

Crédit Photos: Noëllie Rousset

Trail Session Magazine, Décembre 2016

Inscrivez-vous à notre Newsletter !

14938123_1454470054566419_4212488447338767112_n





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *