OFF
ON
Boxed
Guadarun 2018 : Embarquement immédiat pour l’aventure !

Guadarun 2018 : Embarquement immédiat pour l’aventure !

Ca y est, le départ est imminent… Fini de rigoler, Samedi j’embarque (enfin !) pour la Guadeloupe, direction Pointe à Pitre ! Je vous en ai déjà parlé dans mes premiers articles, ce dimanche 1er Avril marquera donc le début officiel de la Guadarun 2018.

Après un accueil des participants le Samedi 31 Mars, les hostilités démarrent donc le lendemain, avec une première étape longue de 16 km et 630m de dénivelé positif. Un trail qui devrait attirer du monde, en plus des guadarunners, puisque chaque étape est ouverte gratuitement aux habitants et touristes présents sur l’île du jour. Trois cent personnes sont ainsi attendues pour cette première manche, qui compte pour le challenge des trails de Guadeloupe. 

Ensuite, les étapes nous mèneront successivement à Terre de Bas (les Saintes), Terre de Haut (Les Saintes), Marie Galante, La Désirade, Grande Terre et enfin Basse Terre. Au total, les finishers devraient parcourir environ 125 km pour un dénivelé positif de 2675 m. Un beau défi qui risque de s’avérer bien plus difficile que ce qu’il en a l’air sur le papier !

Voici les différentes étapes :

1) étape parc national (Basse Terre) : 16 km 630 D+

2) étape Terre de Bas : 15km 555 D+

3) étape Terre de Haut : 16 km  550 D+

4) étape Marie Galante : 21 km 320 D+

5) étape la Désirade : 23 km 419 D+

6) étape Grande Terre : 19 km

7) étape bonus Fun Royal : 13,5 km 200 D+.

 

En effet, si la Guadarun est parfois considérée comme un ultra trail, il me semble difficile de classer cette course dans cette catégorie, étant donné que les 125 km sont répartis en plusieurs étapes. A première vue, cela semble même abordable avec un bon entrainement, une vingtaine de km par jour… Mais méfiez vous, l’organisation ne se trompe pas lorsqu’elle décrit son événement comme « un raid », et non pas un trail. On se rend effectivement vite compte que la difficulté ne sera pas la longueur des étapes, mais l’état du parcours ! Traversée de cours d’eau, saut entre les racines, la boue jusqu’aux genoux, tout y est ! Les différents témoignages que j’ai recueillis sont tous unanimes : on ne va pas vite sur la Guadarun ! On avance comme on peut, dans une jungle guadeloupéenne qui ne favorise pas la progression rapide.

Quand j’ai annoncé à mon coach Gilles Guichard que je partais faire la Guadarun, sa réponse fut sans appel : « génial, mais quelle galère ! 🙂 ». Cette vidéo en est un bon exemple.

Il est du coup assez difficile de se préparer réellement pour un tel événement. Il faut faire de l’endurance évidemment, pour préparer son corps à l’enchaînement des étapes, mais les sorties ne doivent pas être nécessairement longues non plus, puisque les courses ne dépassent pas trop la vingtaine de km. Il faut par contre s’attendre à un dénivelé conséquent !

Enfin, le point de difficulté principal est le plus dur à anticiper et préparer, à savoir l’environnement : une forte chaleur et des parcours très techniques, dans la jungle guadeloupéenne. Ah oui, je ne vous avais pas dit, il fait actuellement 29° en Guadeloupe… ça change de la métropole !

J’ai quand même essayé de me mettre dans de bonnes dispositions, même si j’aborde cette course comme un bonus dans ma saison, sans aucun objectif, juste pour le plaisir. Donc un peu plus de sorties longues, en trail bien évidemment, et des séances de cotes, voila comment c’est axé ma prépa. Et si mes forêts ligériennes ne ressemblent absolument pas à la Guadeloupe, j’ai quand même profité du mauvais temps pour jouer un peu dans la boue et les rivières 🙂 (photos à l’appui !).

Niveau matériel, il ne faudra pas s’encombrer, la température sera élevée, néanmoins il semble intéressant de porter des manchons sur les mollets pour éviter de se griffer sur les racines et les branches ! Un sac avec une petite réserve d’eau sera indispensable, car même si les distances sont courtes, la chaleur sera difficile à supporter. Enfin, le choix des chaussures sera important, sans trop d’hésitation, il faut des baskets vraiment orientées trail, avec une accroche suffisante. Je pense donc partir avec mes Salomon S-Lab Sense !

Mais pour aujourd’hui, il ne me reste plus qu’à boucler ma valise et sauter dans l’avion 🙂 Pour cela, j’ai la joie de voyager avec Corsair, qui participe à ce voyage de presse de Trail Session. Corsair a le gros avantage de vous emmener en Guadeloupe sans escale, directement entre Paris et Pointe à Pitre, avec des tarifs très avantageux. Voici en vidéo la présentation des trois classes de vol proposées par Corsair : Economy, Premium et Business.

La classe Business a d’ailleurs connu un grand « coup de boost » depuis début Septembre, puisque les vols ont été repensé afin de vous apporter le plus grand confort : vous aurez notamment le privilège de savourer dans les airs les plats des chefs Michel Rostang et Armen Petrossian, sur tous les vols au départ de Paris… Prestigieux, tout en essayant de garder des tarifs compétitifs !  Si avec tout ça, je ne vous ai pas convaincu de venir en Guadeloupe 😉 Pour en savoir plus, allez voir sur https://www.corsair.fr/.

Le départ est imminent, l’excitation est à son comble, l’aventure s’annonce belle ! Je vous ferai vivre au mieux mon aventure ainsi que celle de tous les autres Guadarunners, et l’année prochaine vous n’aurez qu’une envie… filer en Guadeloupe 🙂

 

Corentin Crouzet

Crédits Photos : Trail des Salamandres

Bénéficiez de 15% de Réduction Immédiate avec le Code Promo TRAILSESSION

14657787_10154616273784894_1849556386_n

Trail Session Magazine, Mars 2018

Inscrivez-vous à notre Newsletter !

14938123_1454470054566419_4212488447338767112_n





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *