OFF
ON
Boxed

INOV-8 TrailRoc 255

Trailroc hero 255.

Vous qui passez par hasard (ou pas d’ailleurs) sur cette page, êtes-vous là par curiosité, car vous êtes en train de rechercher votre première paire de chaussures, êtes-vous curieux de cette marque qui ne vous parle pas trop, êtes-vous touché par cette tendance outre-atlantique du minimaliste (on peut aussi parler de retour aux sources) ?

.

Je ne sais pas pourquoi vous êtes là, mais laissez-moi vous dire que, quelle que soit la raison de votre présence (tendance, design, concept…), nous allons mettre à mal le fameux adage : «l’essayer, c’est l’adopter». Le minimaliste, pour ceux qui débutent, c’est tout d’abord «l’essayer, c’est l’appréhender ». Pas le choix : l’apprentissage sera plus long. Mais ne perdez pas de vue que « plus c’est long, plus c’est bon » !

.

Données techniques :

• Poids : 316 g (pointure 45)

• Prix de base : 130 €

• Profil : Trail de tout poids.

• Foulée : universelle

• Empeigne en mesh pour une grande respirabilité

• Chaussure minimaliste pour des sensations de course proches de la course pieds nus

• Idéale pour les longues distances sur terrains accidentés

• Chausson Anatomic pour un meilleur ajustement et confort

• Semelle intérieure amovible pour plus d’hygiène

Meta-Flex pour une attaque par l’avant du pied et un déroulé total du pied

• Met-Cradle pour un excellent maintien du pied

Drop de 6 mm

.

Le minimaliste, en quoi cela consiste ?

L’idée est simple : retour aux sources.
Il y a bien eu un avant semelles compensées, non ?
Personne ne courrait avant ? Vous ne me le ferez pas croire. Au même titre qu’une personne a dit un jour que la chaussure devait protéger le coureur. Depuis peu, d’autres personnes disent que le corps s’auto-défend. Ils vont même plus loin en affirmant que trop d’amorti provoque des blessures.
Bam, un grand coup de pied dans la fourmilière de la recherche et du développement de la chaussure à compensation à gogo.
C’est sûrement pour cette raison que vous trouverez sur internet tout et son contraire sur le minimaliste. Il fallait oser dire que ce qu’on vend depuis des années ne sert pas réellement, que le pied est d’une complexité telle qu’il est capable de se défendre seul.
On y croit, on n’y croit pas, je ne suis pas là pour en débattre. Mais pas facile de se faire un avis à ce sujet.

.

roc2

.

« Cependant comment s’y retrouver dans tout ce charabia ? »

Laissons parler le feeling, mais pour cela il faut essayer. Certains vont se retrouver complètement dans ce type de chaussures minimalistes, d’autres pas. Tous les goûts sont dans la nature. Le réel problème, c’est l’investissement financier. Comment investir dans une paire de minimalistes sans être certain que le concept me plaise ? Je ne peux pas vous éclairer complètement à ce sujet, j’espère juste vous donner des pistes de réflexions et comprendre l’approche à travers la paire INOV8 essayée.

La chose fondamentale à comprendre, c’est que courir en minimaliste demande un temps d’adaptation. L’approche ressemble à de la course pieds nus et l’attaque de la foulée ne se fait plus par le talon mais par le milieu du pied comme le montre cette illustration :

Source : http://entrainement-sportif.fr/courir-pieds-nus.htm

Il faut donc commencer par des sorties courtes et adapter sa foulée. Vous trouverez sur différents sites les méthodes pour apprendre sans se faire mal. Votre corps va réagir différemment, donc pas question de partir sur 20 km dès la première sortie.

.

Les trailRoc 255

Tout d’abord, c’est une « fausse » minimaliste : elle a un drop de 6 mm (le différentiel de hauteur entre le talon et les orteils). La minimaliste pure a un drop de 0 mm.
Elle est assez légère et a un design assez sympathique. On remarque bien les crampons de la semelle extérieure, sûrement pour une meilleure accroche sur terrain humide. Ce qui impressionne, c’est la torsion de la chaussure. On part faire du Trail avec ces chaussures, et on peut légitimement s’inquiéter…

Par contre, au niveau confort, on dirait des pantoufles. Pas envie de partir dans les bois avec, mais plutôt envie de rester au coin du feu avec. La semelle intérieure est amovible et ne cache aucune technologie.

.

.

J’ai effectué mes entraînements dans les bois notamment. Avec le temps de ce début d’année 2013, elles ont pu être testées dans les conditions les plus mauvaises : pluie, boue, feuilles humides. Par contre, pas de test en haute montagne sur des chemins très caillouteux, donc je ne m’avancerai pas sur ce point. Lors de la première sortie, on peut légitimement s’inquiéter : est-ce que je peux vraiment partir dans les bois avec cette paire de chaussures ? Un sentiment d’insécurité parcourt notre corps. Et puis, à la première pierre mal négociée, on commence à comprendre : peu de protection, je vais souffrir. L’accroche est là, le confort est assez présent, mais on appréhende. Le temps d’adaptation est long. Peu importe, on repart avec. Evidemment, cette version n’est pas imperméable, mais on veut être proche de la nature oui ou non ? Alors on évite les cailloux, on se déroute de la moindre flaque d’eau, on contourne les racines. On ne fait confiance qu’à sa concentration. Pour éviter les pièges, on s’adapte.

Bizarre ce sentiment : le corps commence à prendre le dessus et le contrôle au fil des sorties. Plus peur des pierres ou des racines, la tête contrôle tout. C’est le déclic : dès lors, cette paire devient notre meilleure alliée et on commence à pousser les séances. Les sorties de 20 km se passent bien, et sur les derniers km, la légèreté de la chaussure devient un atout. Une sensation de vitesse et de puissance se mêlent à la fin des sorties longues, c’est assez agréable.

J’ai même poussé le vice à faire un essai sur piste avec cette chaussure. Elle n’est pas faite pour cela, c’était pour appuyer ma vision du confort de cette chaussure. Elle maintient bien le pied (ne pas ajouter 1 cm pour déterminer la pointure, il faut que le pied soit bien enveloppé) et même sur piste on ne se sent pas si mal que cela. L’accroche sur terrain humide est très intéressante. Peu de glissades et un excellent comportement lorsqu’il faut négocier des changements de direction. Les crampons de la semelle permettent la bonne tenue dans les chemins humides. Bon, quand il s’agit de boue, elle se comporte comme prévu : plus de maîtrise.

Les lacets (système classique) par contre méritent un double nœud car ils ont tendance à se défaire. Ou peut-être que je  ne sais pas bien les faire aussi… Après 4 mois d’essais, les crampons ne sont pas usés, pourtant je ne les ai pas ménagés. Pas d’accrocs aux chaussures, le tissu reste solide. Et chose importante, pas de blessure !

Pour conclure, j’ai eu du mal à les accepter, mais maintenant, je n’aimerais pas qu’on me les reprenne. Oui, je suis à l’aise dans mes séances et je prends un réel plaisir à courir avec. Reste à pousser sur 30 km et plus pour voir si c’est toujours appréciable, mais je n’en doute pas.

Les points négatifs de cette paire de chaussures :

– Les lacets qui se défont sans un double nœud
Le prix : 130 €, ce n’est tout de même pas à la portée de toutes les bourses, surtout quand on n’est pas sûr que le concept nous plaise.

.

TS MAG

Guillaume Plata, Trail Session Magazine, 2013.

3 comments

  • J’adhère complétement.

    Je viens de recevoir le modèle 245 , drop de 3 , et l’ai testé sur une vingtaine de kms technique et , que du plaisir , même pas mal aux jambes après.

    Il faut dire que je cours déjà en Merrell Trail Glove (drop de 0) et Brooks Pure Grit (drop de 4) donc le principe n’est pas nouveau pour moi , mais j’ai été tout de même été bluffé , notamment par l’accroche.

    A testé sur les prochains trails dans les pyérénées , et pourquoi pas testé le modèle Drop 0

    Reply
  • J’ai même couru le 120kil du Grp avec les miennes cet été !!! Et fini au spint 🙂

    Super chaussures si on prend le temps d’apprendre, mais attention a l’adherence sur les rochers humides ou dans les alpages… mais elles ne sont pas vraiment faites pour ça 😉 J’avoue, ca fait 3 ans que je cours en mini (merrel, baregrip…)

    Attention a la semelle de propreté qui se balade (ampoules…) et a NE SURTOUT PAS PRENDRE TROP GRAND !!! CHEZ INOV8, C’est longueur du pied en cm ET PAS PLUS.

    Reply
  • salut, j’ai lu : « Meta-Flex pour une attaque par l’avant du pied ».
    je sais pas où tu as trouvé cette info là (de chez inov-8 ?), mais franchement c’est pas à ça du tout que ça sert le meta-flex : c’est juste une encoche à l’avant pied permettant de rendre la semelle pus facilement pliable à cet endroit (là où le pied se « plie » en phase de propulsion).
    Ce qui permet l’attaque par l’avant pied dans une chaussure, c’est sa faible hauteur de talon (20mm maxi d’après mon expérience) et, dans une moindre mesure, le faible drop.
    Avec la x-talon 190 par exemple, on a une chaussure parfaite sur ces deux points là (saul bémol toe-box trop étroite, c’est typé pour pieds longs et fins).

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *