OFF
ON
Boxed

La Cascadia version 8 de Brooks : une chaussure encore plus étonnante !

brooks.logo

.

Brooks cascadia 8

.

Le modèle Cascadia de Brooks fait depuis quelques saisons partie des chaussures qui équipent les Trailers à foulée universelle. C’est d’ailleurs le modèle phare qui a fait connaître la marque américaine Brooks aux Trailers français.

.

Test Cascadia 8 femme réalisé sur 250km environ.

Courses et sorties : le Trail des Citadelles (boue), la reco du Trail des Seigneurs de Quéribus (très technique et géométries variées), Sorède (pistes et sentiers), Château de Valmy et Tour de la Massane (rochers, pierriers, technique, ascensions, descentes), Collioure et Tour de la Madeloc (sec, singles, vignes), Traversée des Albères (alternance d’humidité, de forêts, de pistes, de sentiers, de tapis de feuilles, de pierriers, de descentes sèches).

*Départements 66, 11, 09

.

DONNÉES TECHNIQUES

  • Foulée : universelle
  • Drop : 10 mm
  • Sexe : femme
  • Poids de la chaussure : 263 gr
  • Profil du coureur : tout poids
  • Type d’utilisation : Trail
  • Surfaces : chemins, sentiers, forêts, montagnes, pierriers, pavés, rochers, pistes, sous-bois/feuilles.

.

La semelle intermédiaire,  une double innovation : amorti ADN et BioMoGo Midsole

  • Amorti « ADN » implanté au talon et à l’avant-pied : c’est une technologie développée par Brooks qui consiste en une capsule gel « intelligente » qui s’adapte à chaque coureur en se diffusant sous le pied et réagit donc en fonction de sa vitesse, sa foulée, son poids et le terrain. Donc cela permet un amorti excellent et un dynamisme intéressant qui sont personnalisés à chacune de nos différentes courses.
  • « BioMoGo Midsole » : pour adoucir l’impact et offrir le meilleur dynamisme. Elle est la première du monde biodégradable. En fait, quelle que soit la force des appuis, le type et la variabilité du terrain, la semelle réagit et répond très rapidement, et cela sur toute la longueur du pied. L’amorti est relativement épais, ce qui permet l’accessibilité aux coureurs de tout poids, mais qui entrave cependant le retour des sensations au niveau du pied.

Le chaussant et la semelle extérieure :

Bien que le chaussant ait été déjà finement pensé avec les versions précédentes, la marque a retravaillé l’empeigne à partir d’éléments thermocollés afin de réduire le nombre de coutures tout en conservant un maintien de pieds bas (caractéristique de cette chaussure de Trail) : la cheville possède donc une grande mobilité et liberté de mouvements, sans entraves, même dans les ascensions raides, les flexions extrêmes ou les descentes abruptes.
Je suis évidemment conquise par le confort extrême, immédiat et permanent de ces chaussures (pantoufles ?!) que l’on oublie dès les premières foulées.
En effet, le chausson est ajusté au pied avec un minimum de points de compression et de coutures, mais enveloppant avec de fines mousses efficaces sur le pourtour de la cheville et des renforts cousus en mesh.
Des tissus rigides et renforcés à des endroits précis comme au niveau des malléoles pour stabiliser la cheville, viennent faire la liaison entre la semelle et le laçage.

Au vue de la qualité et du modèle précédent (Cascadia 7), avec lequel je courais, j’étais impatiente de chausser et tester la version 8, à laquelle je n’allais pas ménager sa monture ! Et pour tout ça, la 8 m’inspirait d’ores et déjà confiance avec sa semelle large et correctement dessinée.

La Cascadia 8 est sûrement le modèle de référence en Trail de cette saison : cette chaussure s’inspire des versions précédentes et intègre de nouvelles technologies. Elle semble désormais présenter des atouts majeurs, pousser encore plus loin ses qualités techniques, proposer des coloris flashy, et n’a cessé d’évoluer pour tendre aujourd’hui vers le modèle rêvé. Elle a été pensée et fabriquée pour la pratique du Trail avec les qualités d’une chaussure de course à pied ! C’est la chaussure pour Trailers neutres qui recherchent tout ce qu’il y a de plus légitime en Trail : amorti,  souplesse, confort, maintien, protection, accroche et dynamisme.

Surtout quand les distances commencent à être importantes et les terrains techniques !

.

..

Mais quid des entorses avec tant de liberté ?

Le faible maintien de la cheville est compensé par la stabilité globale optimale : le châssis utilisé est relativement rigide et dynamique, ce qui apporte une stabilité importante et un déroulement du pied homogène et tonique.

Il n’en demeure pas moins que la cheville reste exposée…et parfois explosée…

Cette même empeigne, en mesh hydrophobe aéré et respirant, est désormais plus souple à l’avant-pied et associée en parallèle à un laçage asymétrique (avec des lacets plats) pour permettre un ajustement optimal, éviter tout espace entre le pied et la chaussure et un desserrage récurrent. On pourrait cependant regretter qu’il n’y ait pas un système de laçage/serrage rapide ou un endroit dans la languette pour « ranger » les lacets, car ils pendent et donc on s’accroche plus facilement aux ronces, racines, arbustes, branches… Le souci du mesh très respirant est sa perméabilité accrue à la pluie, l’humidité, la neige et la boue. Mais c’est aussi en conséquence son séchage très rapide !

(Cependant il faut noter l’effort apporté au niveau du talon avec un renfort imperméabilisé, notamment utile pour le passage de ruisseaux).

En effet, lors du Trail des Citadelles, qui a présenté une édition particulièrement boueuses et qui restera dans les annales, j’ai eu les pieds trempés dès le 1er kilo, remplis de boue à l’intérieur…et ce jusqu’à l’arrivée. 6h les pieds littéralement mouillés n’est pas des plus agréables… Il faut donc compenser par une chaussette plus épaisse, plus chaude, plus technique.

Les chaussures de Trail Cascadia 8 de Brooks ont également vu leur pare-pierres s’étendre un peu pour tenter d’offrir une protection plus large au niveau des orteils. Mais globalement, il faut honnêtement reconnaître que les accros des pierriers seront déçus car cette version 8 n’est pas révolutionnaire comparée à sa prédécesseur la 7 : les pare-pierres présents à l’avant et à l’arrière (mais dont l’efficacité est réduite notamment à l’avant…) sont peu étendus en comparaison de ses concurrentes de la gamme Trail-montagne.

La semelle extérieure est réalisée à partir de caoutchouc écologique HPR Green avec 30% de pétrole en moins, et de caoutchouc carbone pour une excellente résistance à l’abrasion. En effet, après 250 kilomètres d’utilisation intensive et variée, la semelle ne présente pas une usure accrue.

.

.

Et l’accroche ?

Les Cascadia 8 reprennent sensiblement la même disposition des crampons qui ont fait le succès de l’accroche de la version 7, leur forme ayant évolué. Nous sommes passés de triangles à des rangées de créneaux inversés. Un cramponnage principal sous forme de pyramides à taille variée pour un crampon âge adapté pour éviter que la boue ne reste accrochée à la chaussure.

Cependant, les changements et le bilan sont très positifs, avec une accroche et une adhérence sur neige et terrain gras très efficace, que ce soit :

  • En montée ou en descente : crampons à lamelles sous le médio-pied pour faciliter la transition à l’avant, plots indépendants au niveau du talon (système Caterpillar) pour un déroulé de pied optimal. Et enfin, sous la semelle externe a été intégré le système pivot à 4 points qui permet d’améliorer la liaison entre la semelle et le sol.
  • En dévers : crampons incurvés sur les bords pour une très bonne accroche latérale.

Donc tous ces points d’accroche travaillent indépendamment, afin de mieux absorber les irrégularités du sol et d’augmenter, par conséquent, la stabilité du pied.
En parallèle, la plaque de protection Ballistic Rock Shield (BSR) permet de mieux restituer l’énergie sous l’avant du pied : ainsi l’énergie absorbée est retranscrite sur une surface la plus importante possible, permettant de réduire le chic provoqué par des pierres ou des racines.

Seul bémol (parfois de taille…) qui a sa grande importance, l’accroche et l’adhérence sur les pavés et rochers surtout humides est bien trop légère,  voire inefficace. Elle est en retrait par rapport aux chaussures équipées par la technologie Vibram.
D’ailleurs j’utilise cette technologie sur mes chaussures de randonnée, et la différence est palpable !
Conclusion :

Après 250 kilomètres d’utilisation, les Cascadia 8 sont, pour ma part, une des chaussures incontournables de la saison.

Hyper polyvalentes : chemins, pistes, sentiers, sable, neige, forêts, sous-bois, montagnes, terrains gras, humides, secs, escarpés, pentus, roulants, caillouteux, feuillus… Avec un bémol pour les pavés et les rochers surtout humides.

2 looks : diversité des coloris et donc des goûts avec un modèle au coloris très flashy et un modèle au coloris discret pour que tout le monde trouve chaussure à son pied !

Dotées de qualités indéniables : confort, stabilité, maintien, résistance, usure non précoce, bonnes finitions, pas de défauts relevés (ce qui laisse présager d’une longévité satisfaisante et d’une seconde vie en mode « chaussures pour traîner » certaine !!!).

Un respect des matériaux, de l’environnement et du biodégradable. Une charte écologique affirmée.

Run girly, Run flashy, Run safety, Run happy !!!

A LIRE AUSSI : Test Brooks Cascadia 8 homme

Disponible chez notre partenaire !

Price minister

.

TS MAG

Carine Dordan, Trail Session Magazine, 2013.

A lire aussi:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *