OFF
ON
Boxed

L’aponévrosite, comment l’éviter, comment la soigner ?

Le réveil sonne. Je sors du lit, pose le pied par terre, et … toujours cette sensation d’avoir des épines sur la voûte plantaire. Une douleur qui s’accentue à froid au fil des jours mais qui tend à se résorber un peu après quelques pas !

Ce mois-ci, Damien Salducci-Dupeyron, kinésithérapeute du sport à l’INSEP, nous explique ce mal très répandu  chez les bipèdes actifs que nous sommes ! L’aponévrosite …

tendinite-aponevrosite-plantaire

Damien Salducci-Dupeyron: « une aponévrosite est une inflammation de l’aponévrose plantaire moyenne avec une localisation privilégiée au niveau du tubercule médial de la tubérosité postérieure du calcaneus . Si je banalise il s’agit de la partie postérieure de la « voûte plantaire ». »

  • symptômes ?

« Dans un premier temps, le patient va ressentir des douleurs à la pratique sportive, puis, si l’on ne soigne pas , à la marche voire au premier pas au réveil. »

  •  Faits déclencheurs ?

« Comme pour tous maux, l’origine peut être diverse. Mais bien souvent, l’événement déclencheur provient d’un changement de matériel, comme une nouvelle chaussure, une augmentation brutale du volume d’entraînement, un manque d’hydratation ou un changement de type de surface. Quoiqu’il en soit, il est important de bien identifier l’origine de la blessure avant de commencer tout traitement. »

  • Prévention ?

« En prévention, les étirements réguliers des muscles de la chaîne postérieure et notamment le triceps sural (mollet) sont préconisés, ainsi que l’aponévrose plantaire elle même. L’hydratation aussi qui reste primordiale chez le sportif régulier.

Mais on peut aussi consulter un podologue à titre préventif pour contrôler les zones d’appui et en profiter pour faire contrôler sa foulée par un spécialiste (notamment l’alignement hanche-genou-cheville). »

  •  Traitement et durée du traitement ?

« La première chose est de bien arrêter l’activité dès les premiers symptômes . Puis, aller voir un médecin du sport qui prescrira sûrement une échographie .

Le traitement dépendra du diagnostique. Car l’origine de la douleur peut aussi provenir de la présence ou non d’une épine calcanéenne. Dans ce cas la calcification associée n’est visible uniquement qu’à partir d’une radio. Ou d’un problème d’appui ou en encore d’un mauvais alignement hanche-genou-cheville, voir d’une hypomobilité articulaire?

Donc, on préconise d’abord le repos en premier traitement. Si ça persiste, différentes voies sont envisageables, orientation:

– vers un podologue du sport.

– Vers un kinésithérapeute du sport formé à la thérapie manuelle et à la modification de la foulée pour mise en place de séances de physiothérapie, mobilisations spécifiques , ondes de choc ou travail de réalignement.

– Vers un ostéopathe .

Et dans certains cas prescription d’anti-inflammatoires voire d’infiltration, mais ce n’est pas automatique. »

  • Plutôt traileur ou plutôt routard ?

« Du fait de la surface plus dure sur laquelle évolue le routard, il paraît effectivement logique que les coureurs de route soient plus exposés. Mais comme il est précisé plus haut les facteurs sont tellement nombreux que ce serait une erreur de considérer que les spécialistes du trail sont a l’abri… »

Propos recueillis par Ludovic David

A lire aussi:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *