OFF
ON
Boxed

Montre Geonaute On move 700

Geonaute On move 700 (1).

Bertrand a testé pour vous la montre Géonaute On Move. Focus sur ce produit méconnu dans un test sans concessions !

.

On sait clairement que le Trail est en pleine explosion, et une des principales raisons : le plaisir de courir en nature.
Le pratiquant peut évoluer n’importe où, réaliser l’ensemble de ses séances (VMA, seuil, côtes, sortie longue…), néanmoins la principale difficulté est de connaître la distance parcourue. Mais grâce à ces petits bijoux appelés GPS, on ne court désormais jamais vraiment dans l’inconnu.
Deux gros acteurs se partagent le marché, à savoir Garmin et Suunto, qui possèdent certainement une des meilleures expériences. Polar avec son nouveau modèle essaye de combler son retard, mais Géonaute avec le modèle On Move 700, n’a pas dit son dernier mot, et il possède même de nombreux avantages.

.

Décathlon a décidé de segmenter tous ses produits en terme de marques. On retrouve donc Kalenji, Quechua, Kapteren et pour les montres GPS : Geonaute. Tout ceci pour permettre à l’utilisateur final de mieux s’y retrouver.
Le modèle haut de gamme se différencie en deux versions, le On Move 500 et le 700.  La seule différence réside dans le fait d’avoir ou non la ceinture cardio.
Niveau design, clairement ce n’est pas une montre que vous allez mettre au poignet pour aller au travail comme vous le faites peut-être avec l’Ambit. La Géonaute  n’est pas vraiment esthétique ni discrète avec son cadran carré : au niveau de la forme on se rapproche assez de la Garmin 310xt.
Le bracelet est relativement souple, et il dispose de pas mal de crans, ce qui conviendra à tous les poignets.

Au niveau de la prise en main, il faut un petit temps d’adaptation, mais si vous possédez un modèle GPS, vous n’allez pas vraiment être perdu. Il y a de nombreux boutons pour vous aider à naviguer dans l’ensemble des menus.
Sur les coins gauche (haut et bas) ils vous serviront à vous déplacer, celui du côté gauche vous permettra de changer de menu durant l’exercice, celui du côté droit, la possibilité d’enregistrer un tour, les autres boutons concernent la mise en marche, Start et retour.

.

Que trouve-t-on a l’intérieur ?

C’est assez bête, mais la page d’accueil, par défaut, nous indique l’heure et la date du jour. Ne riez pas, c’est pas forcément le cas sur tous les GPS. On retrouve ensuite 4 menus : Activités, Bibliothèque, Réglages, et Fonction de sécurité.

Une fois dans les menus, c’est vraiment très intuitif, il y a toujours une petite image, le texte est clair dû à la grande largeur de l’écran.
Pour avoir essayé  la quasi-totalité des marques, c’est certainement un des plus soignés.

.

Lorsque l’on rentre dans le menu Activités, on se retrouve avec plusieurs sous-menus extrêmement bien faits :

  • Séance libre : on lance une séance et on part courir la durée que l’on souhaite.
  • Entraînement :  il y a des entraînements pré-enregistrés type 10×30/30 ou encore un entraînement pyramide, mais vous avez également la possibilité de programmer vos propres entraînements, un petit peu comme la  Garmin. La programmation se fait directement sur la montre : c’est quand même agréable de pas toujours avoir besoin de son ordi !
  • Défis : on y retrouve la course contre soi-même sur son parcours fétiche, et même la possibilité de faire un test VMA ( sur 2000m)
  • Étirements : un texte défile avec des schémas pour s’étirer, à l’usage c’est pas forcement utile, mais pour les débutants, c’est un petit plus. À la fin de chaque séance, la montre vous propose un panel d’étirements, du coup, du fait que ce soit ludique, on se prend au jeu.
  • En salle : pour courir sur tapis

.

Geonaute On move 700 (2)

.

Le menu Bibliothèque, quant à lui, nous permet de retrouver l’ensemble des séances réalisées, les parcours GPS enregistrés et la capacité mémoire, déjà 6 semaines d’utilisation et elle me dit qu’il me reste encore 14h d’enregistrement, je pense donc que la mémoire ne sera pas forcément un problème.

Vient ensuite le menu Réglages, qui est très fourni.

Au niveau de l’affichage, on peut avoir jusqu’à 4 pages avec 4 éléments à chaque fois, ce qui fait énormément de données, identique à la Garmin 310xt, la référence en terme d’affichage.
Une petite option peut être activée, elle s’appelle « fast touch », en fait l’écran est tactile, on peut éclairer la montre, marquer un tour, faire défiler, on peut également régler la sensibilité pour ne pas être gêné par la manche de sa veste par exemple. Sur ce point-là, je dois vous l’avouer, j’ai été bluffé. Le son et les vibrations sont également paramétrables. Du coup lorsque vous programmez une séance de fractionnés, vous ne regardez même plus votre montre.
La ceinture cardio est Ant+, j’ai réussi à l’apprivoiser avec mon Ambit, c’est un modèle souple, qui ne se fait pas vraiment sentir, identique à l’ensemble des modèles haut de gamme.

Voilà un petit peu pour le descriptif de cette On Move 700, mais ce qui nous intéresse, c’est de savoir si elle est à la hauteur de la concurrence.

Tout d’abord, l’accroche des GPS, là c’est vraiment la première mauvaise surprise. Là ou l’Ambit met 30″, ça peut aller pour celle-ci jusqu’à 5′ si le temps vient à être couvert, si vous êtes en ville, si c’est une zone reculée. L’accroche GPS n’est pas forcément son point fort mais ça peut être limite énervant lorsque le timing de votre sortie est limité et que vous optimisez votre temps (cependant de temps en temps ça met 30″ également).

Une fois la ceinture cardio et GPS ok, il est temps d’aller courir. Les 4 pages vous permettront d’avoir toutes les données sans aucun problème, du coup pour le Trail on peut se paramétrer une page avec l’altitude, le dénivelé positif et négatif, en un coup d’œil on connaît tout, la visibilité est très bonne.
On peut changer de menu en route pour avoir en visu sa vitesse et son cardio sous forme de compte-tours en insérant des limites pour rester dans les plages délimitées, ça peut être très utile.
Un autre menu peut apparaître, c’est le parcours que vous avez enregistré. J’ai pu tester ça sur une rando, c’est bluffant, il suffit d’importer un fichier .gpx et vous avez la trace sur votre montre, il est également possible de zoomer à 50m et de paramétrer la montre pour qu’elle sonne dès que l’on s’éloigne de la trace. Finies les cartes IGN, il est difficile d’être à côté du chemin. Il faudra cependant se méfier de l’autonomie de la montre, annoncée à 15h, j’ai l’impression qu’elle se décharge un petit peu plus vite.

.

.

Vous l’avez compris, je suis littéralement emballé par l’aspect pratique de cette montre, la programmation des entraînements, les diverses fonctionnalités, mais un point très important vient me chagriner concernant la précision de l’outil. Concernant la distance, l’erreur est d’environ 5-10% que ce soit par rapport à une autre montre ou à un parcours étalonné. Ceci dit, on reste dans la tolérance de la puce GPS de la montre donc c’est acceptable, par contre si l’on vient à tourner sur une piste, c’est une catastrophe : j’ai quasiment 50m d’écart sur une piste de 250m soit 20%, là, ce n’est plus acceptable, qui plus est on perd tout l’avantage de la programmation des entraînements si la suite est fausse.

L’autre très gros défaut pour le Trailer concerne l’erreur au niveau du dénivelé. Sur des sorties à 95m de D+ j’étais à 500m alors que bizarrement sur des sorties à 1050, j’étais à 1025 : pas vraiment de logique, mais énormément de sorties avec presque 3 ou 4 fois plus de dénivelé que la normale, c’est assez gênant.
Après être allé sur des forums Geonaute, ils en sont conscients mais apparemment la solution serait de changer de puce GPS pour être plus précis.Au final mon sentiment est donc mitigé avec une montre agréable à utiliser mais pas assez ni aussi précise que je l’aurais souhaité. Ceci étant dit, il faut parler de son prix à 179€ qui va certainement nous faire redescendre sur terre, et nous faire dire, qu’au final ce delta d’erreurs peut être acceptable quand on voit le prix de la concurrence qui coûte quasiment 3 fois plus cher. Connaissant la force du département R&D du groupe Oxylane, je pense que la prochaine version n’aura rien à envier à aucune autre montre GPS …Le test de ce GPS ne pourrait pas être complet sans parler de Geonaute Software. Ce logiciel d’exploitation des données est certainement un des plus agréables et des plus complets  que je n’ai jamais eu à utiliser.

Le transfert s’effectue par l’intermédiaire d’une pince, identique à l’Ambit et à la 310xt. J’ai lu beaucoup de choses concernant ce mode de transfert sur la On move 700, notamment que ça pouvait être fragile. Honnêtement je n’ai pas ménagé la montre, sous la pluie, dans la neige, transpiration, je n’ai jamais connu un seul problème de transfert, c’est à noter.
Une fois que  vous avez transféré la sortie, on se retrouve dans le menu «Séances», où d’un seul coup d’œil on retrouve toutes les sorties, puis les data de la dernière. Les courbes d’exploitation peuvent être présentées seules, ou croisées (FC avec vitesse avec pente). Bref tout est modulable et ça c’est très agréable. On retrouve le tracé sur une carte dans une fenêtre différente, puis on a également  le «résumé de la séance» avec les remarques et le matériel utilisé.

Au niveau du matériel, je trouve ça très astucieux, ça permet de connaître la durée de vie des chaussures, c’est très visuel  et surtout utile.

Le dernier élément dont je voudrais parler concernant ce soft, concerne la planification des parcours. Vous avez la possibilité  de créer une trace GPS, pour ensuite la transférer directement sur la montre en tant que parcours.

Vous l’aurez compris le logiciel fait partie des bons points de ce GPS, si ce n’est le fait qu’il ne tourne uniquement sous Windows, j’ose espérer qu’Oxylane va réagir et sortir une version Mac car ça pourrait en rebuter certains…

Bref, lorsque l’on analyse la totalité des éléments, il y a énormément de positif, j’en conclurais presque que c’est un modèle ultra adapté aux personnes réalisant beaucoup de sorties sur route, les purs Trailers pourront utiliser ce modèle, mais tout en gardant en tête qu’il y  a certaines limites, je pense au D+, mais ces petites erreurs seront gommées par d’autres atouts comme le suivi de trace, ou la possibilité de faire du fartleck sans forcément avoir le nez rivé sur la montre.

Prix : 174.90 €

Poids : 76g

.

TS MAG

Bertrand Laffont, Trail Session Magazine, 2013.

4 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *