OFF
ON
Boxed
Pack trail Kalenji : T-shirt sans manche et sac à dos, tout pour le chaud !

Pack trail Kalenji : T-shirt sans manche et sac à dos, tout pour le chaud !

Je sais, nous sommes début octobre, les premières matinées fraîches et négatives sont déjà là, sur les hauteurs, alors pourquoi diable vous parler d’un t-shirt sans manche conçu pour courir par temps chaud ?

Et bien d’abord, parce que l’été indien ça existe ! Et aussi et surtout parce qu’il existe un poignée d’irréductibles qui, comme moi, aiment à courir léger par tous temps. On a beau être en période de vendanges, « léger » ne veut pas dire « courir à la simple feuille de vigne », bien entendu ! 😉

Pour ce tout début d’automne ensoleillé, je vais donc vous présenter le t-shirt sans manche perf trail ainsi que le sac trail 9-14l de chez Kalenji, la marche running de Décathlon, qui ne cesse de s’améliorer encore et encore.

T-shirt sans manche Kalenji perf trail : un t-shirt pour la « performanche »

Comme je le précisais, ce t-shirt sans manche est prévu pour courir par temps chaud. Et qui dit températures élevées dit nécessité de concevoir un vêtement respirant, léger et évacuant très bien la transpiration.
Pour répondre à ces contraintes, voyons ce que les designers de chez Kalenji ont pu imaginer comme procédés et assemblages pour faire de ce t-shirt une double peau que l’on ne sentirait pas.

* Conception et informations techniques
Le t-shirt est composé de deux empiècements principaux : une base composée de 88% de polyester et de 12% d’élasthane, et un empiècement 100% mesh polyester.
La base en élasthane fait que le produit est étirable est s’adapte parfaitement à la morphologie. Attention toutefois à ceux qui auraient un « léger » embonpoint, ce t-shirt est très moulant….
L’empiècement en polyester, quant à lui, est idéalement placé aux endroits les plus sujets à la transpiration : sous les aisselles et dans le bas du dos.
A noter, des bandes de renfort en silicone sont thermocollées sur les épaules afin d’éviter les usures
Enfin, un zip de poitrine vient permettre d’aérer la transpiration du torse. Ce zip a été rallongé par rapport au précédent t-shirt et c’est un gros plus. Rien de pire en effet qu’un t-shirt qui serre trop au niveau du cou et qu’on en peut ouvrir.

T-shirt sans manche Perf Trail – Copyright : Décathlon

Une base en élasthane                               Un bas du dos en mesh respirant

* confort
Kalenji annonce un poids (vérifié) de 172 g pour la taille L. Il y a plus léger mais il y a aussi plus lourd.
Au niveau des points positifs concernant le confort, il faut signaler en priorité les coutures plates qui font que, peu importe la durée de la course, aucune irritation ne se faire ressentir. De plus, dès qu’on l’enfile, l’empiècement élasthane – polyester paraît frais au toucher et apporte une sensation de fraîcheur. Sec, le t-shirt se met très rapidement.
Mouillé, par contre, c’est une autre paire de (sans) manche…
En revanche, je soulignerai un autre point négatif au niveau du confort, qui est que le tissu gratte. Bien sûr, nous avons tous nos sensibilités différentes à ce niveau mais, me concernant, à chaque sortie, dès les premiers kilomètres, je suis clairement gêné par cette « gratouille ». Même si la sensation s’estompe au fil des kilomètres pour redonner au t-shirt son côté agréable à porter, c’est un fait assez rare me concernant pour le souligner.

« Même si le tissu gratte un peu, aucune irritation à prévoir»

Coutures parfaitement plates

* Respirabilité / évacuation de la transpiration
J’insiste souvent sur la distinction entre respirabilité de tissu (faculté à laisser passer l’air) et son évacuation de la transpiration, qui correspondrait plus à sa faculté de séchage. C’est un des nerfs de la guerre pour les fabricants que de concevoir un produit qui satisfasse à ces deux exigences. Souvent, le mesh est la meilleur des réponses, mais au détriment de l’étanchéité.
Quand j’ai vu que ce produit était constitué d’un mix polyester – élasthane, même si des « liners » de mesh étaient présents, je me suis tout de suite dit que le séchage allait être lacunaire.
Et ça a été le cas.
Dès la première sortie (sous pluie, oui oui !), j’ai pu me rendre compte de deux choses : 1- que le t-shirt tenait chaud, voire trop chaud ; 2- que même si la sueur s’évacuait bien, le séchage trop  long rendait très vite le t-shirt lourd. Dommage pour un t-shirt censé être léger et sans manche….. Les sorties sous les derniers rayons de soleil de septembre n’ont fait que le confirmer : l’évacuation de la transpiration par séchage n’est vraiment pas top et, même si les empiècements en mesh viennent contrecarrer en partie cette lacune, ça n’est pas suffisant. J’ai testé, couru et utilisé, pour la course à pied ou d’autres activités sportives, d’autres t-shirts des différentes marques décathlon (des rayons vélo et voile notamment) et l’effet d’évacuation de la chaleur était nettement meilleur. Peut-être les différents bureaux d’études devraient-ils se passer les tuyaux ? 😉

« une transpiration difficile à évacuer »

Ca n’est pas évident à voir mais tout l’ensemble du dos est mouillé.

Un zip pectoral qui vient permettre de ventiler le torse

* résistance / solidité
Ayant également à tester avec ce produit le sac à dos trail Kalenji (voir plus bas), j’ai quasiment tout le temps couru avec un sac sur le dos. Pour parer aux mouvements du sac sur les épaules autant que pour lutter contre l’abrasion du tissu, Kalenji propose sur chaque épaule 4 bandelettes de silicone. Le résultat est qu’après 1 mois d’usage régulier avec un sac à dos, je n’ai aucune trace d’usure à relever à ce niveau.
De la même manière, même si les tissus en mesh-élasthane sont réputés ne pas très bien résister aux accrocs, ce t-shirt a su aller outre les épines de genêts et de buis et la matière est dans un état comme neuf.

« 4 bandelettes de protection en silicone»Bandes thermocollées

* design / coloris / aspect pratique
C’est dans cette rubrique que le t-shirt Perf Trail de chez Kalenji se démarque le plus et se dégage de la concurrence. D’abord, même si les goûts et les couleurs se discutent, il faut reconnaître que son côté à la fois sobre et design plaît immédiatement. La touche d’orange en appui sur le fond soit kaki soit blanc « militaire » est vraiment bien vu.
Ensuite, il faut reconnaître que la coupe est vraiment bien faite. Le t-shirt est parfaitement cintré, l’encolure (trop souvent négligée) ne va chercher ni trop haut dans le cou, ni trop large, et la longueur pour mon gabarit est idéale, le t-shirt descendant un peu plus au niveau des fesses que du côté pubien.

« une coupe parfaitement cintrée»

Par ailleurs, et c’est un des points les plus primordiaux sur les t-shirts sans manche, la découpe des manches est parfaite. Que ce soit au niveau du positionnement sur les épaules, qui sont bien couvertes, qu’au niveau des coutures, tout est parfaitement ajusté. La conséquence est que je n’ai relevé aucune irritation alors qu’avec nombre d’autres t-shirts sans manche, c’est là que le bas blesse.

Enfin, au niveau pratique, deux poches dorsales en mesh avec rabat, symétriquement réparties sur l’arrière des flancs, viennent proposer des solutions de portage / stockage pour les gels, barres de céréales ou même, dans mon cas, pour les clés de voiture.

                    Des poches dorsales avec un rabat bien pensé

* taille
Bizarrement, pour mon gabarit, 1m78 et 98cm de tour de poitrine, Kalenji recommande sur son site une taille L. Cependant, le t-shirt que j’ai testé taille en S et me va parfaitement. Au vu de l’élasticité de la matière, je recommanderai donc de prendre une taille en dessous de sa taille normale, à la fois pour être convenablement serré tout autant que pour éviter que le t-shirt ne descende trop bas sur le short.
Attention en revanche, comme je l’ai déjà dit, pour ceux qui ne rentreraient pas trop dans la case « taille standard ». L’effet moulant risque de ne pas trop vous rendre à votre avantage….

En définitive, ce t-shirt, pour tous ceux qui kiffent courir léger et sans artifices, ce t-shirt est un must-have ! A la fois léger et confortable, parfaitement coupé, il répond aux exigences du traileur tout-terrain par des détails bien pensés : deux poches dorsales pour les clés ou gels, des empiècements mesh pour évacuer la transpiration, un zip pectoral pour ne pas avoir trop chaud et des renforts en silicone pour les épaules.
«un must-have »
Mon seul regret sera cette matière qui peine à sécher rapidement et qui donc se fait lourde.

Toutefois, pour un prix presque ridicule de moins de 20€, c’est un t-shirt que tout le monde devrait avoir dans son sac de course !

avantages inconvénients
légèreté matière peu agréable, qui peu gratter suivant le type de peau
taille ajustée séchage rendant le t-shirt lourd au fil des kilomètres
poches dorsales pratiques matière chaude
mesh d’évacuation de la transpiration
coloris
zip pectoral rallongé

Vous pourrez vous procurer un peu partout ce beau t-shirt sans manche Perf Trail « performance » dans tous les magasins Décathlon, à partir de 19,99€.

Sac à dos trail Kalenji

Une fois n’est pas coutume, voilà un produit de testing pour lequel je pars avec des a-priori….fondés. En effet, il y a quelques années, j’avais couru avec ce sac sur l’ultra des Templiers et sur le 2×40 de l’Euskatrail, attiré par son volume extensible, son maintien au dos et, surtout son prix imbattable. Deux gros trails exigeants pour bien se rendre compte des valeurs d’un sac.
Je l’avais toutefois rapporté illico à Décathlon car trois points primordiaux ne m’allaient pas : le réglage des sangles, la fermeture du sac et, surtout, je m’en souviens encore, l’accès aux poches.
D’emblée, mon regard est donc allé vers ces 3 points pour voir si, 3 ans après, Décathlon avait amélioré son sac et pris en compte les remarques que beaucoup de coureurs, dont moi, avaient pu leur faire part.

« un gros volume pour un petit sac »
Tout en essayant de rester le plus objectif possible dans ma critique, je vais vous détailler ce sac en fonction des points essentiels d’utilisation qu’un traileur se doit d’en attendre.

 

* Le maintien
Le maintien du sac s’effectue de deux manières : via des sangles de serrage sous les aisselles et par un système de serrage pectoral.
Le serrage via les sangles était l’un des gros points à revoir sur la version du sac que j’avais auparavant (2014). En effet, les sangles avaient tendance à arriver très vite en butée (sac impossible à utiliser pour les petits gabarits) ainsi qu’à pivoter de 90°. Si la version 2017 a résolu le problème de pivotement des sangles, il n’en reste pas moins que, malgré mon gabarit moyen (sans être petit), j’arrive une fois encore en butée…

Une sangle très vite en butée.

Les problèmes n’ont donc, sur cet aspect, été qu’à moitié résolus.
Cependant, si le système de serrage des bretelles peut être encore revu, le maintien général du sac sur le dos est très bon… quand le sac n’est pas chargé à fond. Il fait corps avec le coureur et est agréable à porter, tel un gilet.

« Un très bon maintien sur le dos »

A noter toutefois une innovation qui pourrait être utile à ceux qui, contrairement à moi, hésitent à découper, modifier, coudre leur sac pour faire leurs propres modifications : un mini « élastique » est intégré à l’extrémité de la sangle pour, qu’une fois roulée, elle puisse être serrée et ne pas bringuebaler à tout-va.

Un élastique de maintien pour la sangle.

* L’accès aux poches latérales
C’est LE gros point négatif du sac ! Point qui n’a malheureusement pas été résolu malgré les 3 années passées…. On dit pourtant qu’il faut 2 années pour que le R&D intègre les retours clients, mais là…. ça traîne…. Pourquoi me direz-vous ? Eh bien, tout simplement parce que, en course, les poches latérales sont quasiment inutilisables pour qui veut à la fois accéder à sa nourriture et rester concentrer sur sa course. A titre d’exemple, je me souviens de la fameuse édition de l’Euskal trail 2015, dantesque par ses conditions (pluie, neige, vent) où j’ai dû ni plus ni moins que m’arrêter pour ouvrir ses sat****s poches. Le froid et le vent faisant, je n’avais pas d’autres solutions ….
Par ailleurs, pour continuer dans la mauvaise conception, il faudrait (à mon sens car ça reste tout de même discutable) que la fermeture du zip se fasse en tirant, plutôt qu’en poussant. En effet, quand la poche est pleine, peu importe le sens. Mais, quand elle est vide, fermer en poussant devient vite une gageure….

Des poches difficilement accessibles.

Il faut se contorsionner pour les atteindre.

* Le volume et le compartimentage

Le point positif et attrayant de ce sac est son volume, extensible de 9 à 14l par un simple zip à ouvrir et un système de serrage.
Toutefois, à l’usage, si la possibilité de gagner en volume est alléchante, j’ai pu remarquer que plus le sac est chargé, plus il aura tendance à gigoter d’un côté à l’autre. Pour quelques kilomètres, ça passera, mais sur de l’ultra où le ras-le-bol arrive toujours à un moment ou un autre, ça sera vite contraignant.
Le sac est compartimenté en deux afin de pouvoir mettre, au plus proche du dos, la poche à eau, et sur l’autre, les affaires devant rester au sec. Enfin, une poche extérieure élastique est présente pour y mettre la membrane ou tout autre vêtement que l’on voudrait atteindre rapidement. J’insiste sur le rapidement car, à l’intérieur du sac, avec la précipitation de la course, le froid, la nuit ou la pluie, distinguer ou mettre une poche à eau à demi-pleine dans le bon compartiment peut vite devenir délicat, tout comme réussir à fermer le sac par un système de scratch laissant à désirer…

* La fixation des bâtons
N’étant pas fan du tout de la course avec bâtons, je n’ai fait que mettre mes bâtons de trek dans les systèmes d’attache prévus, à savoir deux élastiques à serrer. Si je n’ai pas couru avec, le maintien des bâtons m’a, là aussi, semblé quelque peu léger….

* Systèmes d’hydratation
En ce qui concerne les systèmes d’hydratation, une poche à eau est prévue dans un compartiment intérieur avec un trou de sortie pour le tuyau sur chaque bretelle, qu’il faut fixer à un clips présent sur la bretelle opposée. C’est simple, facile à utiliser et, à ce niveau, je n’ai rien à redire.
Deux porte-gourdes sont également présents sur le devant des bretelles. En échangeant sur des courses, j’avais rencontré quelques coureurs mécontents de ce système. Personnellement, je n’ai rien à redire. Mes gourdes ne bougeaient ni ne sautaient pas et restaient facilement atteignables.
« Les gourdes ne sautent ni ne bougent pas»

* Imperméabilité
Un sac de trail n’est pas un sac de trek, on est d’accord. Mais…. l’on court régulièrement sous la pluie tout de même et peu ou prou de fabricants pensent à proposer des solutions pour différer le moment où tout deviendra mouiller à l’intérieur du sac. Kalenji ne fait pas exception à la règle….

* Système de serrage pectoral
Je finis ma critique de produit par un point fondamental du sac sur lequel je n’arrive pas trop à me positionner…. Pour beaucoup, l’accroche des sangles de serrage au niveau pectoral paraîtra impossible. Il ne faut en effet pas avoir de gros doigts car il faut venir crocheter sur une bande de plastique une sorte de mini crochet. Une fois cela fait sur chacune des sangles pectorales, on peut serrer à sa guise ainsi que régler la hauteur sur la poitrine, en faisant attention à ne pas être gêné par sa ceinture d’électrocardio.

   Le système d’accroche pectoral

 

Personnellement, à titre de conclusion, si je trouve le système assez basique, il a le mérite d’être simple et efficace dès lors que l’on a pris le coup de main. Par ailleurs, il est super pratique pour serrer et finaliser correctement le maintien du sac.
Cependant, gare à son usage lors d’une sortie sous la neige et le vent, où vous aurez les doigts tellement gelés que vous ne pourrez même pas les utiliser. Dans un pareil cas, il sera presque impossible d’enlever le sac ! C’est ce qui m’est arrivé sur la course de l’Euskal et a achevé de me convaincre de rendre ce sac…

A titre de conclusion, je serais bref et direct en disant que ce sac n’est toujours pas abouti. Trop de points sont encore à améliorer pour en faire un sac fiable sur de l’ultra.
Bien sûr, son prix est super attractif. Mais, les sacs étant essentiellement utilisés de façon optimale sur du long, où chaque détail à son importance, ils se doivent donc d’être fiables et faciles d’utilisation. Et ça n’est pas encore le cas avec ce sac trail 9-14l de chez Kalenji.
Mais, pour en retirer un point positif, si Kalenji persévère et s’inspire de son sac gilet 5l qui, lui, est vraiment fiable, il y a fort à parier qu’ils arriveront à nous sortir un sac digne de ce nom. J’attends avec impatience de le tester !

avantages inconvénients
Réglage des bretelles Accroche de l’ouverture du sac par scratch
Design en gilet Accès aux poches latérales
Très bon maintien au corps quand le sac n’est pas chargé Système d’accroche pectoral difficile à utiliser par temps froid

Si toutefois vous étiez intéressé par son prix imbattable de 35€ , vous pourrez le trouver ici, sur le site de Décathlon. Bonne course!


Bénéficiez de 15% de Réduction Immédiate avec le Code Promo TRAILSESSION

14657787_10154616273784894_1849556386_n

Trail Session Magazine, Octobre 2017

Inscrivez-vous à notre Newsletter !

14938123_1454470054566419_4212488447338767112_n





A lire aussi:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *