OFF
ON
Boxed

RCX5 Polar

polar (1)Endurance shop

Depuis sa sortie, la Polar RCX5 m’a séduit car je trouve que l’ensemble des montres de la gamme peut se porter au quotidien, non pas comme mon énorme Garmin 310XT. Par contre un détail m’interpelle, cette gamme devait normalement remplacer sa prédécesseur la RS800, soit disant vieillissante mais voilà que sur n’importe quel site en ligne d’achat sportif on retrouve les deux, peut être non t’elles  pas les mêmes fonctionnalités, mais ce détail et à creuser.

Revenons à notre RCX5, poids plume dans sa catégorie 48g, rechargeable par pile, je ne peux pas vous dire quelle est la durée de vie de la pile, je pense que c’est relativement important. Le changement s’effectue au dos à l’aide d’une pièce de monnaie, ce détail n’est pas négligeable, on peut la changer quand on veut et ou on veut sans avoir à aller chez un horloger. Polar a décidé d’externaliser le GPS (pour ma part ce détail est rédhibitoire), mais il a l’avantage de ne pas imputer à l’autonomie de la montre qui on le sait tous est mangé par l’utilisation du GPS.
Coté design, je trouve que c’est la mieux finie de toutes les marques confondue, tout simplement j’ai un poignet fin donc les consœurs ont vite fait de me faire un ordinateur au poignet… Si vous disposez déjà d’une Polar, vous n’allez pas être déstabilisé au niveau des menus, j’étais possesseur d’une RS300Cx et je trouve que graphiquement les menus sont toujours pareils, il n’y a pas de changements au niveau software. Bref ce n’est pas qu’un détail, l’important c’est ce qu’elle a dans le ventre.

Comme je le disais précédemment, la prise en main est d’une simplicité extrême, vous trouverez un bouton à chaque angle de la montre et le fameux bouton rouge à cheval sur la montre et sur le bracelet en bas du cadran, autant vous le dire de suite l’ensemble de ces boutons ne sont pas évident à manipuler en plein effort, tout d’abord ils sont trop petits et pas forcément bien situés, il ne faut pas oublier qu’à cette époque ci on court tous avec des gants, et alors là impossible pour vous de faire quoi que ce soit. Mise à part ce problème d’ergonomie, la navigation chez vous dans votre canapé, pour pouvoir changer de menus se fait naturellement, on retrouve clairement ces petits, il n’y a que 4 menus (Données, Réglages, Applications, Connexion).

Le menu « Données » vous permet de vous naviguer à travers vos différents entraînements (Résumé, Résumé Hebdo, Cumuls…).
Le menu « Réglages » on y retrouve votre profil, les réglages des plages de la FC et les réglages généraux. Vient ensuite le menu « application »,  ou l’on trouve le test de fitness, qui en fait se déroule de la manière suivante : le matin au saut du lit, vous mettez votre cardio, vous lancez le test qui en fait va calculer votre OwnIndex, c’est-à-dire la VO2Max, après quelques minutes, il affiche un résultat et votre classement (nul,moyen, bien, élite), le test précédent étant réalisé par Cédric, et m’affichant Elite (vous savez tous que l’on a un champion au sein du Team Trail Session *sourire* ), je n’avais pas droit à l’erreur, du coup concentration maximale, souffle relâché, et hop ça y est j’ai mon OwnIndex, qui servira par la suite dans l’exploitation des données à savoir votre progression de travail.
Puis le dernier onglet est « connexion », qui vous sert à connecter votre montre avec le PC.

polar (3)

LE TEST :

Fini de blablater, ce qui compte pour moi c’est le test sur le terrain, autant vous dire que pendant un mois, je l’ai emmené partout, route, marathon, sortie Trail, sortie nocturne, sous la chaleur, sous la pluie…
Le coffret que l’on a en test comprend, la ceinture cardiaque qui est super agréable, contrairement à ma ceinture Garmin, j’aime bien le système de fermeture, qui répartit la pression et qui ne glisse à aucun moment. Il y a également le GPS qui est peu encombrant, son brassard que je n’ai pas utilisé car je n’aime pas ça mais il a le mérite d’être livré avec, et pour finir la clé USB qui vous permet la synchronisation.
Une fois la montre paramétrée suivant vos données, on allume le GPS qui clignote en rouge jusqu’à acquérir le signal GPS, l’acquisition est relativement rapide, par contre j’ai noté qu’il vaut mieux le faire avant de partir car si vous lancez l’acquisition en croyant que ça va se faire dans les minutes qui suivent, pour ma part ça a mis 40mn…mais ça ne m’est arrivé qu’une seule fois.
Le boitier GPS relativement fin et petit, à la particularité d’intégrer un clip que vous pouvez mettre à votre cuissard. Pour ma part, je l’ai mis sur mon camelback il n’a jamais bougé, je l’ai également mis dans la poche arrière de ma veste, ou même dans ma ceinture porte bidon, je n’ai jamais eu de problème d’acquisition donc sur ce point-là RAS.

Let’s run, vous appuyez sur le bouton principal, vous choisissez votre activité, course à pied, puis un coureur apparaît avec 2 points qui clignotent pour synchroniser la ceinture FC et le GPS, une fois cette étape validé, on ré appuis sur le bouton rouge et l’entrainement démarre. Je suis habitué à pas mal de détails de ma Garmin, donc il y a des choses qui ne sont pas paramétrées par défaut comme l’Auto lap tous les kilomètres qui vous permettent de voir s’il faut enlever le frein à main ou pas. Une fois ce détail réglé, un signal sonore retenti et un message apparaît avec la vitesse moyenne, très utile sur marathon par exemple. Vous pouvez régler pas mal de pages durant l’entrainement, avec énormément d’infos autour de la FC, mais bizarrement aucune info sur le DÉNIVELÉ et ça pour un Traileur c’est juste impensable, en fait le GPS ne vous sert qu’à mesurer la distance parcourue, et la vitesse instantanée, qui par contre est plus précise que sur le Garmin, les fluctuations sont beaucoup moins importantes. Justement au niveau des distances, il n’y a rien à dire l’acquisition en 1pt/s est juste parfaite.

Autre détail qui pour moi est relativement important, le rétro éclairage, sur Garmin, noir sur blanc, à 14km/h, c’est juste parfait, sur le RCX5 à même vitesse, croyez-moi vous ne distinguez rien du tout, obligé de ralentir pour lire l’écran, le rétro éclairage bleu, n’est pas du tout lisible, j’ai effectué 80% de mes entraînements la nuit, et ça m’a vraiment gêné.
Autre point, lorsque vous vous arrêtez pour boire à une fontaine lors d’un entrainement, et si comme moi pour vous l’entrainement sur la montre est uniquement le moment ou vous courrez, et que vous ne voulez pas lire vitesse = 0km/h sur la courbe, vous faites pause, et là le bouton sur lequel il faut appuyez n’est pas le gros bouton rouge mais plutôt le bouton latéral « back » beaucoup moins accessible, du coup je me suis perdu des entraînements par cette erreur qui n’est pas forcément intuitive…
Dernier point, la programmation des entraînements…  là il semblerai que les ancien Polar avait un logiciel permettant de faire ça mais aujourd’hui tout se fait en ligne et l’outil est un peu limité car vous ne pouvez pas intégrer plus de 4 lignes à votre entrainement. Sur le terrain, vous lancez l’entrainement, et tout ce fait par des bips sonores qui sont quelques fois inaudibles, typiquement si vous êtes au bord d’une route avec du passage vous n’entendez rien du coup, vous pouvez vous perdre dans le déroulement. Pour savoir si vous êtes dans le bon intervalle c’est encore des bips, bref le détail manquant c’est peut-être la vibration !

Exploitation des données :​

Le point fort se situe au niveau de la synchronisation qui est extrêmement rapide, je n’ai jamais eu de soucis sur ce point-là, alors qu’avec mon Garmin, ce n’est pas la même histoire… L’interface est relativement complète, on peut régler les caractéristiques de l’utilisateur, toutes les vues d’entraînements souhaités durant la séance. Un autre point fort chez Polar, c’est l’analyse de la FC, c’est leur cœur du métier et là on sent qu’il y a du répondant du coup pour les « routier », la RCX5 peut se montrer ultra performante, comme sur la piste, ou le contrôle de la séance s’effectuerai par l’intermédiaire de la FC.

Voilà comment se présente le résultat d’une séance :​

 D’un seul coup d’oeil vous avez sur le même graphe vitesse et FC, la répartition de vos zones d’effort pour savoir si vous avez travaillé correctement.

Puis sur le bas de la même page, votre tracé GPS :

Et là en bon Traileur que je suis, je cherche désespérément le dénivelé, ou l’altitude, même si pour l’anecdote lorsque vous courrez la veille du marathon de Nice sur la promenade des anglais, le D+ et comment dire….. proche de 0 !!!
Du coup je sens la frustration monter en moi, pour quoi utiliser un produit haut de gamme avec GPS sans pouvoir exploiter le moindre waypoint…

Du coup j’ai cherché désespérément comment récupérer le tracé en GPX, bilan voilà la méthode, vous revenez sur le WebSync, cliquez sur le RCX5 et là sur la droite du menu, vous trouvez « Données d’entrainement », ils apparaissent tous, vous sélectionnez tout, et vous exportez. Vous n’aurez qu’à l’importer sur un site comme Openrunner par exemple et enfin, vous saurez quel dénivelé vous avez fait durant votre séance. Un routier pourra trouver la manip sympa, mais un Traileur beaucoup moins du fait de ne pas savoir à combien il est du sommet par exemple…

Derrière j’ai cherché à comparer les traces entre ma Garmin 310XT et le RCX5 voici le bilan :

  • En rouge la trace Garmin, et en bleu la Polar,
  • Globalement les 2 tracés se superposent à merveille donc je peux donc affirmer que le GPS polar, réagi relativement bien car il faut savoir que ce parcours mixte du bitume et de nombreux passage en sous-bois.

Si l’on regarde en zoomant :​

On s’aperçoit que la trace bleue (Polar) est extrêmement plus précise que la rouge (Garmin), on peut donc à ce stade se poser la question suivante « Pourquoi avoir créé un petit bijou et ne pas l’exploiter à fond de ses possibilités ?», stratégie marketing avec l’arrivée du petit nouveau RC3 GPS ?
Ce seul détail aurait permis que je passe de « déçu » à « Whaou quelle montre ! »

Comme son homologue RS800CX, la RCX5 peut devenir aussi un outil multi sport, et je pense que c’est là que le produit se démarque, notamment pour les tri athlètes.
En option vous trouverez un accéléromètre qui vous permettra de faire de la piste et d’obtenir des données de vitesse instantanée encore plus précise ainsi que de se substituer au GPS quand vous n’avez que la distance à mesurer.
L’autre option ravira les cyclistes avec le capteur de cadence, très réputé dans les pelotons, car les compteurs Polar ont très bonne presse et équipent nombreux coureurs du tour de France (là c’est le cycliste et fan du tour de France qui vous parle), on peut même imaginer que le capteur de puissance développé en partenariat avec les pédales LOOK soit compatible…wait and see.

CONCLUSIONS :

Il faut commencer par une note positive car même si je n’ai pas été enthousiasmé par ce modèle, c’est quand même un produit haut de gamme. Tout d’abord niveau look, ça envoi elle est tout simplement sublime, le modèle noir est même passe partout… C’est un produit destiné aux coureurs qui organisent tous leur entraînements en fonction d’un pourcentage de FC, malheureusement je ne suis pas de ceux-là car je préfère les méthodes en endurance et par rapport à ma vitesse. Mais il n’empêche que l’exploitation des données FC est on ne peux plus précise, et visuelle.

Venons-en ou le bas blesse, l’utilisation pour un pur Traileur. Impossible de connaitre l’altitude en temps réel, son D+, D-…bref vous Traileurs, mettez la question de FC de côté pour vous dire, mais bordel je suis à combien du sommet là ? Et à cette question vous n’aurez pas de réponse…Bref vous avez passé cet obstacle, et vous vous dites « tant pis, je regarderais au chaud sur le canapé », là encore la manip est longue et pas forcément précise, ça commence à faire beaucoup….

Mais laissez-moi vous dire que Trail Session ne va pas vous laisser sur votre fin, car Polar nous a confié le test DU produit adapté au Traileur, le RC3 GPS que vous retrouverez dans les prochains jours en test sur le site…si ça c’est pas une équipe de choc….

Dispo chez Endurance Shop

Bertrand Laffont, Trail Session Magazine.

A lire aussi:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *