OFF
ON
Boxed

Rythm’nTrail

rythme

.

Je suis à l’entrainement, 2h maintenant que je cours et la pente s’accentue, il me reste 150 mètres de déniv, mais je n’en peux plus. Le souffle est court et les jambes raides comme des rondins de bois, ce n’est pas grave, je vais marcher sur le reste de cette montée. Après tout je suis à l’entrainement, ce n’est pas une course… A ce moment précis, alors que je commence à enchaîner quelques pas de marche, silence dans mes écouteurs, un nouveau morceau débute. Dès la première note, c’est l’électrochoc. Plus rapide que la prise d’un gel coup de fouet à la caféine et me voilà remis à courir en serrant les dents, presque automatiquement sans avoir eu conscience d’un quelconque ordre de ma part à mes jambes.

Puis c’est le refrain, le refrain du mythique morceau « Eyes of a Tiger » de Survivor, évocateur dans le message et dans les images. Relever le challenge, tout donner avec la force d’un tigre, s’imaginer tel un boxeur qui souffre mais qui reste sur ses jambes pour gagner le match. C’est certain j’irai au sommet en courant ! Il faut vaincre à l’entrainement pour vaincre en compétition. Rocky ne s’est pas gelé les miches à couper du bois en cure dents juste pour allumer sa cheminée, non je vous assure c’était pour vaincre le jour J !

Je lâche rien, j’avance au rythme de la musique, atteindre le sommet en courant est à ma portée… Enfin, si le prochain morceau n’est pas un slow de Scorpion auquel cas je m’arrêterai ramasser quelques fleurs, et surtout quelques brins de génépi ! Tout le monde va penser qu’il n’y a pas plus cliché qu’« Eyes of a Tiger » dans le genre musique pour la motivation et je vous l’accorde, mais il n’y a pas aussi meilleure illustration pour le sujet qui suit contrairement à un pauvre morceau de punk rock underground que personne ne connait…et non je ne suis pas arrivé en haut en courant.

​Les avancées technologiques ont permis de nos jours d’agrémenter nos entraînements et nos courses de ce petit supplément qu’est la musique. Le codage de la musique, les baladeurs MP3, ont autorisé le coureur des années 80 à abandonner son walkman à cassette et son casque écouteur pour plus de légèreté, de confort, et pour des heures de musique.
Personnellement je n’ai jamais essayé, mais ça ne devait pas être facile de rembobiner sa cassette en courant pour se caler juste au début du morceau que l’on souhaite, « Eyes of a Tiger »… au hasard. Et puis à moins se fixer le walkman autour de la taille avec du scotch de déménageur, ça devait ballotter. On s’aperçoit alors que la musique colle bien avec la course à pied, surtout avec la course nature moins monotone que la route, que courir un Trail c’est dérouler une partition, gérer son tempo, enchaîner les pas comme les notes au rythme du terrain dans une infinité de possibilités.

rythme2

Que ce soit à l’entrainement ou en course, je croise régulièrement des coureurs avec des écouteurs. C’est de plus en plus répandu  et véritablement ces pratiquants doivent y trouver leur compte. Même notre maître à tous, Kilian Jornet, court parfois avec de la musique ! (PS : Ce n’est pas une raison pour tous vous mettre à courir avec de la musique, vous ne battrez pas pour autant le record de l’UTMB, pas plus que si vous achetez son cuissard blanc transparent, c’est pas beau on voit le slip !)

Que l’on vente ou pas les mérites de la musique en Trail, il y a d’un côté les adeptes et de l’autre côté ceux pour qui il n’est pas concevable de courir avec du son dans les écoutilles.
Pourtant de nombreuses études scientifiques très sérieuses ont démontré l’effet positif de la musique dans la pratique sportive. Basées sur des tests précis et reproductibles, sur des populations de sportifs significatives et un effort donné, les conclusions sont que les performances peuvent être améliorées grâce à la musique.
Mais à l’inverse d’autres études semblent montrer aussi qu’il serait mieux de s’en passer. Vous me direz, nous ne sommes alors pas plus avancés !

La musique pendant la pratique du Trail peut tout de même avoir bon nombre d’avantages, elle procure des bienfaits c’est indéniable, c’est d’ailleurs aussi pour certains de ces avantages que des thérapeutes utilisent la musique pour traiter leurs patients, c’est la musicothérapie. Chimiquement une musique que l’on apprécie libère des endorphines qui permettent de surpasser la douleur.
Docteur, j’ai une addiction au Trail est-ce que c’est grave ? Non vous me prendrez un Billie Jean matin et soir, 2 Macarenas et 3 Lambadas à chacun de vos entraînements, ça devrait vous faire du bien. Soyons sérieux, revenons à ces avantages dont nous pouvons tirer parti pour notre pratique du Trail. Nous concevons tous que la musique peut simplement stimuler, mais elle permet également de diminuer notre perception de la douleur, de la difficulté, et ainsi nous aide à nous surpasser.

Lors d’un entrainement difficile ou lors d’une course, quand le corps commence à fatiguer, que dans la tête les pensées focalisent sur les point négatifs, que l’on ne pense qu’à notre douleur, que l’on ressasse que ça ne va pas, que l’on ne va pas tenir, il est bon de détourner notre esprit et de le détendre. Avoir alors une autre musique que celle de nos pensées, une vraie musique dans nos oreilles peut nous permettre de nous recentrer, de libérer les verrous mentaux, et d’atténuer alors la tension physique. La musique est donc assimilable à un leurre mental au fort pouvoir évocateur, elle modifie la perception du moment.

A ce propos beaucoup d’organisateurs de Trail l’ont bien compris. Il suffit de regarder le départ de l’UTMB ou de la course des Templiers. Les centaines de coureurs attendent impatiemment de partir sous une musique grandiose qui donne un caractère épique à l’aventure que les Traileurs vont vivre. Les spectateurs les voient alors comme une armée prête à partir à la bataille. Certains en tirent une grande stimulation, d’autres en ont les larmes aux yeux ! C’est certain qu’un départ avec la musique de l’ile aux enfants n’aurait pas le même effet…

Une fois en course avec le son dans les oreilles, celui-ci peut avoir un effet via son rythme, mais aussi via les paroles et le message si c’est une chanson, et au delà, suivant le vécu, une musique peut être associée à un souvenir qui peut complètement changer notre état d’esprit du moment. Typiquement si au milieu d’un Trail j’écoute les lacs du Connemara, ça me rappellera les fins de soirées en école d’ingénieur, ou nous sautions non stop bière à la main sur le refrain…et dans ce cas je me mettrai bêtement à sauter au milieu du chemin. Soyons donc attentifs au choix de nos playlists !

La musique, par les images qu’elle peut imprimer dans nos esprits, nous permet d’oublier que ce matin à l’entrainement il fait encore nuit, froid, et qu’il bruine.
La musique couvre cette petite voix dans notre tête qui nous dit que nous serions mieux dans notre lit au chaud ou au pub avec les potes plutôt que dans cette montée raide qui nous crame les poumons. La musique par son rythme, influence la fréquence cardiaque, permet un état de transe, ou à l’inverse une détente une relaxation suivant le besoin. Elle peut améliorer la concentration et créer un environnement plus stimulant.

RYTHME3

Mais la musique pendant un Trail peut aussi avoir ces désavantages…

Avoir du son dans les oreilles diminue notre perception du corps, de notre respiration, de nos sensations. La musique masque les signes de fatigue et atténue les signaux d’alarme du corps. Elle détourne l’attention et ne permet pas de profiter de la nature, de l’environnement et du chant des oiseaux. Les conséquences peuvent alors être une chute, une blessure, mais nous pouvons aussi rater un embranchement et se perdre ou percuter un vélo, se faire renverser par une voiture et ne pas entendre le chien qui court derrière nous pour goûter à ce morceau de choix qu’est le mollet d’un Trailer!

Au final les avis peuvent être partagés sur le fait de pratiquer le Trail avec ou sans musique. Certains le font d’autres non, tout comme il y a des étudiants qui ne peuvent travailler en musique et d’autres qui ne parviennent à réviser leur partiel qu’avec du son dans les cages à miel. Sans aller jusqu’à faire une sortie Trail ou une course complète avec son mp3, la musique peut casser la monotonie lors d’un entrainement autour d’une piste, sur tapis roulant ou home trainer, peut favoriser la motivation pour des pratiques annexes au Trail comme la PPG ou les assouplissements.

Pour ma part je mets souvent la musique pendant que je me prépare, avant d’aller courir, pour me motiver, me mettre la patate, et également au retour pour me décontracter ou m’étirer.

Pour finir je dirais que de toute façon l’article 22 dit bien que chacun fait comme il veut !

​En cadeau quelques morceaux bien motivants pour courir, par exemple pour un test VMA

  • 1 / Eyes of a tiger…non je déconne.
  •  ​1/ Eminem – Lose Yourself
  • 2/ Fat boy slim – Right here right now
  • 3/ Linkim park – Numb
  • 4/ Kanye West – stronger
  • 5/ ACDC – Thundertruck
  • 6/ Drowning pool – Let the body hit the floor
  • 7/ System of down – Chop suey
  • 8/ 50cent – Ready for war
  • 9/ Outkast – Bob
  • 10/ Ray Jones – Can’t touch

Si avec ça vous faites pas péter une VMA à 20km/h je peux rien pour vous.

Rémy Fabre, Trail Session.

A lire aussi:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *