OFF
ON
Boxed
Test de la Garmin Epix : la navigation GPS au poignet

Test de la Garmin Epix : la navigation GPS au poignet

L’Epix, c’est une grande première. C’est la réunion de 2 gammes de produits Garmin : les GPS et les montres de sport.

Garmin nous a habitués à l’innovation avec ses montres GPS. On peut dire que la Garmin Epix a fait sensation dès l’annonce de sa sortie. Il faut dire que la promesse de l’Epix est osée : vous fournir un navigateur GPS avec écran tactile qui fonctionne partout et que vous pouvez porter au poignet.

Tout comme la Fenix 3, l’Epix ne s’adresse pas au sportif du dimanche, mais à ceux qui prennent le sport au sérieux. C’est un bijou de technologie et il faut un peu de temps (et quelques accessoires compatibles en fonction de votre sport) pour l’exploiter au maximum de ses possibilités.

L’avantage, c’est qu’elle s’adaptera à toutes vos activités. J’ai utilisé l’Epix en course à pied, VTT, natation et randonnée (pas encore assez de neige au moment de ce test pour faire du ski de rando). Et à chaque fois, on peut emporter l’Epix pour nous assister, puis exploiter les données sur Garmin Connect.

Présentation de la Garmin EpixPrésentation Garmin Epix

La Garmin Epix est une montre GPS taillée pour l’aventure. Extérieurement, elle est imposante, avec un grand écran tactile en couleur. Son boitier carré est tout en métal, avec 5 boutons (comme la V800) en aluminium. C’est étonnant, mais Garmin ne propose pas de version saphir.

L’écran LCD mesure 30x21mm pour une résolution de 205×148 pixels et 64 couleurs. Ce n’est pas mieux que la Fenix 3 (31mm de diamètre pour 218x218px). C’est même largement moins bien que l’Apple Watch (38mm pour 272x340px). En fait, sur une montre de 51mm de large, c’est dommage d’avoir une si petite surface utile.

Le bracelet, lui est très large (ai-je besoin de le dire :36mm), en silicone très souple. Il présente l’avantage d’être confortable à porter et d’avoir un peu d’accroche, ce qui empêche la montre de tourner autour du poignet. L’inconvénient de cette accroche, c’est qu’il a tendance à ramasser pas mal la poussière.

L’ensemble ne pèse ‘que’ 85g. C’est lourd si on la compare à une Forerunner, mais ça la place dans la gamme des Suunto Ambit3 (89g pour l’Ambit3 Peak) et même moins lourde que la Fenix 3 saphir (92g).

La double connexion GPS/GLONASS doit apporter un meilleur signal dans les environnements difficiles. A cela s’ajoute la cartographie de l’Europe. La mémoire interne de 8Go permet d’ajouter des cartes supplémentaires. On peut interagir avec l’écran tactile pour zoomer/dézoomer et déplacer la carte.

Au niveau des capteurs, l’Epix intègre un baromètre (qui sert aussi d’altimètre barométrique), un thermomètre et une boussole. Elle est ensuite compatible avec tous les capteurs additionnels ANT+ : ceinture cardio, capteur de vitesse/cadence, capteur de puissance pour le vélo et capteur de température. Elle est aussi compatible avec la caméra Garmin Virb.

Le gros boitier autorise une grosse batterie. L’autonomie est de 24 heures en mode GPS (plutôt 16h dans les faits si on ne coupe pas toutes les autres connexions), 50h en mode UltraTrack et 16 semaines en utilisation montre. De plus, on peut recharger l’Epix en cours d’activité avec une batterie externe (en mode mass storage). Point à noter : l’adaptateur secteur est fourni avec le câble USB. C’est pratique et suffisamment rare pour être mentionné.

Elle est étanche à 50m.

Ensuite, l’Epix regroupe toutes les fonctionnalités de la Fenix 3. C’est-à-dire que c’est une montre GPS multisports (course à pied, vélo, natation, marche, etc), qui peut aussi être utilisée en intérieur (avec un accéléromètre interne), qui fait tracker d’activité, qui reçoit les smart notifications d’un smartphone et qui peut être améliorée avec les applications à télécharger sur Connect IQ.

La navigation dans les menus peut se faire grâce aux 5 boutons, même si l’écran tactile peut souvent servir pour sélectionner les options.

En dehors des écrans d’activité, plusieurs écrans (widgets) sont disponibles pour afficher des infos : carte avec position actuelle, tracker d’activité, boussole, altimètre, baromètre, température, contrôle de musique, météo, calendrier, smart notifications. Chaque widget peut être activé ou désactivé individuellement et on peut changer leur ordre, ce qui donne plein de possibilités de personnalisation en fonction de ce que vous jugez utile/important.

La transmission de données sans fil se fait par Bluetooth mais, chose étonnante, pas par Wifi. C’est étonnant, parce que du coup certaines mises à jour nécessitent de connecter l’Epix à un ordinateur par USB.

Cartographie – navigationCartographie Epix

Puisque c’est sa principale caractéristique, autant commencer ce test de l’Epix par là.

Il suffit d’une pression du bouton ‘bas’ pour afficher la cartographie et votre position. Deux clics de plus sur l’écran et vous pouvez lire et enregistrer les coordonnées (de l’endroit où vous êtes ou de n’importe quel point sur la carte).

La cartographie de l’Europe (44 pays) est pré-chargée et est mise à jour automatiquement lorsque vous connectez l’Epix à votre ordinateur. La mémoire interne de 8Go (contre 32Mo pour la Fenix 3) permet d’acheter des cartes supplémentaires (Topo Europe, City Navigator pour une navigation automobile, cartes marines BlueChart g2).

La cartographie est précise et les sentiers sont bien présents, ce qui permet de faire du trail ou de la rando sans problème.

Sur l’écran, on navigue de gauche à droite et de haut en bas avec 1 doigt et on zoome ou dézoome avec 2 doigts, comme sur un smartphone. Le zoom de la carto va de 800km à 5m. On peut donc tout faire avec, ça prend juste un peu de temps.

Voilà pour la carto. Au niveau de la navigation, l’Epix peut stocker 50 itinéraires et 1000 waypoints. Et en suivi, elle enregistre 100 sorties et 10 000 points.

Après avoir déplacé la carte, il suffit de cliquer sur un point pour activer la navigation pour aller à ce point. Dans ce cas, il s’agit d’une navigation à vol d’oiseau (c’est-à-dire en ligne droite), mais ça permet d’aller dans la bonne direction.

La fonction back to start fait la navigation en sens inverse pour revenir au point de départ. Je répète : la fonction back to start vous ramènera à votre point de départ en suivant votre itinéraire en sens inverse, pas par le chemin le plus court.

On peut relever des coordonnées GPS, soit du point où l’on se trouve, soit d’un point marqué sur la carte. A l’inverse, on peut rentrer des coordonnées pour ensuite s’y rendre. Ca peut éventuellement servir pour les adeptes de géocaching.

Des itinéraires peuvent être tracés préalablement sur Garmin Connect puis uploadés sur l’Epix soit par USB, soit via un smartphone. On peut ensuite les suivre soit sur un écran indiquant la direction et l’écart par rapport à la route, soit en regardant la cartographie. Personnellement, j’ai préféré la seconde option, parce que ça permet de mieux anticiper les changements de direction. Il suffit de choisir un zoom adapté à la vitesse de déplacement pour avoir le temps de voir venir.

Pour chaque itinéraire, vous pouvez choisir comment il sera pratiqué (à pied, à vélo ou en voiture) et définir si vous voulez rester sur les routes et les chemins ou faire du vol d’oiseau (y en a qui ont essayé, ils ont eu des problèmes).

GPS

Je n’ai pas retrouvé les problèmes de précision GPS des Forerunner 620 ou Fenix 3. Même si l’Epix est de conception similaire à la Fenix 3, le chipset GPS et l’antenne sont différents (pas de besoin de miniaturisation dans un boitier de montre aussi gros), ce qui aboutit à une précision GPS bien meilleure.

En mode suivi de parcours, l’Epix nous informe lorsque l’on s’éloigne du tracé par une vibration et un message à l’écran. Ensuite, une nouvelle alerte nous averti qu’on est revenu sur le parcours. Cette fonctionnalité parait intéressante de prime abord. A la longue, elle devient pénible. Dès qu’on se trouve en sous-bois, la mauvaise précision GPS fait que l’Epix pense régulièrement (à tord) qu’on s’est éloigné du tracé. Ca fait beaucoup d’alertes intempestives…

Altimètre – boussole – baromètre – températureGarmin Epix graphiques altitude baromètre température

En complément de la navigation sur carte, l’Epix dispose d’un altimètre barométrique et d’une boussole. L’altimètre peut être étalonné manuellement ou automatiquement. En plus de l’altitude instantanée, un graphique indique le profil des 24 dernières heures.

La boussole peut aussi être étalonnée manuellement ou automatiquement pour afficher le nord magnétique ou géographique et désigner le cap en degrés ou en millièmes.

Un écran spécifique trace un graphique des pressions atmosphériques sur les dernières 6, 12, 24 ou 48h. J’ai utilisé le graphique sur 48h, mais cela permet de réduire la durée si le temps est particulièrement changeant.

On peut ensuite activer une alerte tempête. Je l’ai utilisée avec un réglage moyen (4mb/3h) et elle m’a en effet servi à confirmer qu’il valait mieux faire demi-tour lors d’une dégradation du temps dans ma montée à la Sainte Victoire. Reste à tester ces alertes en montagne en hivers.

Le thermomètre trace un graphique de température sur les 8 dernières heures. Bon, comme sur toutes les montres, il n’est pas très utile, puisque le thermomètre capteur autant votre chaleur corporelle que la température extérieure. Mais il est possible si besoin de connecter une sonde externe de température.

Condition physique

L’Epix propose 3 tests pour évaluer et suivre votre condition physique : VO2max, prédiction de course et aide à la récupération.

Le test VO2max, qui nécessite une ceinture cardio, se fait en 10 minutes et de 2 façons différentes, soit en course à pied, soit en vélo.

La prédiction de course se fait aussi avec une ceinture et en 10 minutes, mais seulement en course à pied.

L’aide à la récupération indique un temps conseillé de récupération.

Plus vous utiliserez votre Epix et plus ces résultats s’affineront pour coller au plus juste avec votre vraie condition physique (en gros, ne paniquez pas si la première fois elle vous annonce 48h de récup’ après un footing de 8km).

Course à piedGarmin Epix écrans données

Comme je l’ai déjà dit, on retrouve sur l’Epix toutes les options de la Fenix 3.

Pour chaque activité, les écrans de données peuvent être personnalisés avec de 1 à 4 données disposées de 6 manières différentes. On choisit ensuite quelle donnée afficher sur quel champ.

Avec la ceinture Garmin HRM-RUN, on retrouve sur l’Epix les running dynamics de la Forerunner 620 (oscillations verticales, temps de contact avec le sol et cadence), ainsi que l’estimation du VO2max, la prédiction du temps de course et une proposition du temps de récupération.

On peut définir des alarmes de zone (fréquence cardiaque, allure, cadence, altitude ou puissance sur vélo), d’objectif (distance, temps, calories) et personnalisée (pour des rappels spécifiques comme l’alimentation, l’hydratation ou autre).

Perso, je configure l’auto-lap à 1km et un écran récapitulatif des données du tour s’affiche à chaque passage de kilomètre. L’allure étant lissée sur 5 secondes, on pourrait presque se passer de l’allure au tour pour utiliser l’allure instantanée qui est assez stable.

La cadence est mesurée par l’accéléromètre interne, mais l’Epix reste compatible avec un accéléromètre footpod ANT+.

Le calendrier d’entrainement peut être renseigné sur Garmin Connect avec toutes les séances que vous voulez faire, puis uploadé sur l’Epix.

VéloGarmin Epix vélo

Le package de l’Epix ne contient pas de montage rapide pour vélo. Si vous voulez l’utiliser, il faudra la porter au poignet ou acheter un support de montage générique.

Elle est compatible avec les accessoires ANT+ capteur de vitesse, cadence et puissance.

Natation

L’Epix possède 2 modes de natation, comme la Forerunner 920XT : intérieur et eau vive. Dans les 2 cas, elle compte le nombre de mouvements et calcule la distance (avec le GPS en extérieur et en comptant les longueurs en bassin).

Il faudra une des nouvelles ceintures Garmin HRM-TRI ou HRM-SWIM pour avoir une mesure de votre fréquence cardiaque dans l’eau (mise en cache dans le capteur de la ceinture).

La température peut être affichée à l’écran, mais n’est pas transmise à Garmin Connect.

Autres sports (trekking, ski de rando, etc)Randonnée Garmin Epix

La cartographie et les données de l’Epix comme la distance ou l’altitude la rendent adaptée à de nombreux sport outdoor. De plus, il est possible de télécharger des applications complémentaires sur Connect IQ pour avoir un écran adapté à un sport particulier.

Le bracelet est assez long pour la porter par-dessus la manche d’une veste.

Multisports

Un mode triathlon permet de créer une activité combinant plusieurs sports. En fait, l’Epix propose les mêmes fonctionnalités pour les triathlètes que la Forerunner 920XT ou la Fenix 3.

Le mode multisports permet d’enchainer plusieurs profils (jusqu’à 5) sur une même activité, en incluant ou non les périodes de transition.

Tracker d’activitéEpix tracker d'activité

L’Epix peut suivre votre activité physique 24h/24, même en dehors des activités. Mais pour ça, il faudra la porter comme montre de tous les jours. On retrouve l’interface classique de Garmin, comme sur la Vivoactive ou la Fenix 3. De même sur Garmin Connect.

L’objectif quotidien peut être fixé (comme 10 000 pas par jour) ou défini automatiquement par Garmin Connect (qui va le faire varier pour l’adapter à votre activité physique du moment, l’idée étant de vous inciter à faire chaque jour un petit peu plus ou de diminuer votre objectif si vous en êtes trop loin). Il faut bien sûr penser à définir la longueur de votre foulée dans Garmin Connect pour avoir des données de distance et nombre de pas les plus fiables possible.

L’Epix enregistre des données sur votre sommeil, en détectant automatiquement le couché et le réveil, et les cycles de sommeil profond ou plus léger.

SmartwatchEpix smart notifications

Là encore, l’Epix possède les mêmes fonctions de montre connectée que la Fenix 3. J’ai trouvé la connexion Bluetooth avec le smartphone très stable.

Il est possible de recevoir des notifications d’appels, de SMS, de calendrier, de Facebook, de WhatsApp ou toute autre application dont vous aurez réglé les notifications en push.

Un widget sert aussi pour contrôler la musique. J’ai été déçu par l’interface qui n’est pas très conviviale. Les commandes se font par une liste déroulante alors qu’on aurait pu retrouver sur l’écran tactile les touches qu’on connait tous pour contrôler la musique sur notre smartphone. Là-dessus, les développeurs de Garmin n’ont pas fait très fort.

Montre de tous les joursGarmin Epix

Ce n’est pas facile de porter l’Epix tous les jours, mais pour ce test de l’Epix, je l’ai fait !

Bon en fait, elle parait surtout imposante au début, puis on s’y habitue. Finalement, elle n’est pas beaucoup plus grosse que la Forerunner 920XT, elle est surtout plus épaisse. Le seul vrai problème que j’ai remarqué, c’est que les boutons sont striés profondément et qu’ils ont tendance à accrocher le bout des manches des vêtements (attention si vous avez un pull en laine auquel vous tenez).

On peut configurer une alarme de réveil et allumer le rétro éclairage pour voir l’écran la nuit.

De base, l’écran est quelque peu personnalisable (épaisseur et couleur des chiffres, affichage de la date). Bien sûr, vous pourrez faire bien plus en téléchargeant une watchface sur Connect IQ.

Pas trop de bugs ?

Je m’y attendais et j’ai été surpris. Je pensais qu’elle souffrirait d’instabilité de jeunesse, ça n’a pas été le cas. Durant tout mon test, je n’ai rencontré que 2 ‘freezes’, qui ont été réglés par un simple redémarrage de l’Epix. J’ai quand même rencontré des problèmes de synchronisation via Bluetooth, notamment lorsque je tentais de transférer des parcours vers la montre.

Avis

Pour faire simple, la Garmin Epix, c’est une Fenix 3 en plus gros, avec un écran carré et des fonds de carte.

Mais il y aura quand même un avant et un après Epix. Le risque pour Garmin, c’est d’avoir créé un produit pour lequel les gens ne sont pas encore prêts, soit par les fonctionnalités, soit par le prix.

Comme je l’ai déjà dit, l’Epix n’est pas faite pour tout le monde. Pour beaucoup de monde, la Fenix 3 apporte suffisamment de fonctionnalités. Pour d’autres, il existe des applications carto qui fonctionnent sans réseau (Backcountry navigator sur Android ou Gaia GPS pour iPhone) avec éventuellement une batterie externe. Enfin, il y a ceux qui pourront exploiter tout le potentiel de cette montre GPS avec cartographie.

Alors, est-ce que l’Epix est le futur de la montre GPS pour le trail ?

Est-ce une montre pour la randonnée ?

Ou pour le sportif qui recherche le nec plus ultra ?

Ben en fait, je dirais que c’est une montre GPS multitâche. Ce serait une montre pour le trekking s’il n’y avait pas toutes les fonctionnalités pour l’entrainement. Pour le sportif fou de stats, les Forerunner 920XT ou Forerunner 630 feront parfaitement l’affaire.

Non, en fait, l’Epix est vraiment une montre outdoor multi-services qui peut tout faire et qui peut finalement convenir à beaucoup de sportifs, pourvu qu’ils aient le budget pour.

Vous avez trouvé ce test utile ? Vous souhaitez acheter une Garmin Epix ?

J’espère que vous avez trouvé cet article utile. Je suis un sportif comme vous qui cherche à avoir le plus de détails possibles avant d’acheter un nouveau matériel de sport.

Donc mon compte-rendu de test retranscrit la façon dont j’ai utilisé cette montre cardio GPS. J’y passe généralement plusieurs heures, c’est pas mal de boulot.

Si vous avez encore des questions, n’hésitez pas à les poser dans un commentaire ci-dessous. Je prendrai le temps d’y répondre.

Si vous êtes intéressé par l’achat d’une Epix, vous pouvez la trouver sur Amazon et profiter de la livraison gratuite :

Garmin Epix 448€ Bouton commander amazon



A lire aussi:

2 comments

  • Très beau résumé des caractéristiques de l’Epix !
    J’en ai une depuis plus d’un an maintenant et je la porte H24 ! J’ai remisé au placard toutes mes autres montres même les « sportives » ou les « villes » tellement je l’apprécie !
    Il est vrai qu’au départ on la trouve imposante mais son confort est tel qu’elle se fait vite oublier. Je fais régulièrement des chantiers en menuiserie et je ne la quitte pas non plus. Aucune rayure sur le verre, cadre très résistant. Seuls deux bémols pour ma part : je partage le fait que les boutons s’accrochent régulièrement aux vêtements, faites attention avec les Tshirts techniques qui ne supportent pas ça ! Et puis la bague plastique qui maintient le bracelet a cassé assez rapidement du fait de l’utilisation tous les jours. Je l’ai remplacée par un morceau de chambre à air de velo de route dont je coupe un tronçon d’un centimètre environ. Celui ci s’use en 2 ou 3 mois mais se remplace très facilement et avec une chambre à air vous pouvez en faire un sacré paquet. Cette solution est esthétique (meme coloris) et je trouve meme que le bracelet tient encore mieux et ne s’accroche palus car bien tenu. Je fais du trail et de l’ultra trail et je n’ai eu à ce jour qu’un seul problème avec cette montre : lors de la Montagn’hard 60 (60 km), par un temps tres orageux et pluvieux, en mettant la montre sous la veste imperméable, celle ci s’est arrêtée tout simplement ! Reboot et toutes les données en cours ont été archivees sans pouvoir reprendre le parcours où il s’´etait arrêté ! Par deux fois le même problème lors de cet course, du coup pas un seul parcours mais trois sur Garmin Connect. Impossible de cumuler ses parcours pour en faire un seul sur le site internet ce qui fait que l’analyse d’après course n’a pas été facile ! Un point dommage ! Du coup je me méfie a présent et laisse la montre a l’air libre meme sous des trombes d’eau et je bloque l’écran et les touches durant toute la course, un seul ecran est suffisant sur du trail long.
    Pour finir, si je devais changer je reprendrai la meme sans hésiter !
    Proton

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *