OFF
ON
Boxed
Ambassadeurs Mizuno : Interview de Jean-Sébastien après le Trail de la Rosière dans les Alpes !

Ambassadeurs Mizuno : Interview de Jean-Sébastien après le Trail de la Rosière dans les Alpes !

Les choses sérieuses commencent pour les ambassadeurs trail Mizuno ! Et oui, l’UTMB® c’est dans un mois et les 12 ambassadeurs sont dans la dernière ligne droite pour le grand rendez-vous de l’année.

Invité sur le Trail de la Rosière dans les Alpes pour peaufiner sa préparation, Jean-Sébastien, ambassadeur trail Mizuno, nous raconte son séjour, sa course et ses sensations.

Jean-Sébastien : Le samedi 15 juillet, j’arrive au lieu de rendez-vous pour rencontrer les autres ambassadeurs et aussi les membres du Team Mizuno Terre de Running. Moi qui suis plutôt habitué à dormir chez moi et me lever à pas d’heure pour aller sur les trails, voire parfois adepte du roots… directement dans la voiture, là je dois dire que je suis accueilli comme un prince. Chalet bien confortable et une chambre avec une vue magnifique sur le Mont Pourri.

Un changement de tenue plus tard, me voilà en mode coureur, entouré de mes coreligionnaires. Beaucoup de bleu, et beaucoup de orange aussi. Attention les couleurs flashy sont de sortie : lunettes de soleil obligatoire ! En vrai, les tenues proposées par Mizuno sont juste très belles. Pour ma part, j’ai opté pour le t-shirt mujin et le short assorti.

Nous partons donc tous ensemble pour un réveil musculaire gentil : à savoir un footing d’une petite demi-heure, histoire de faire connaissance avec les autres ambassadeurs et aussi de pouvoir échanger avec les athlètes du Team. Un moment d’échanges que j’ai vraiment apprécié.

Après ce court, mais suffisant, footing, retour à l’hôtel où nous regagnons nos chambres, avant de partir au restaurant pour profiter d’un repas. A 22h30, il est temps de s’endormir, après avoir préparé les affaires et le sac pour le lendemain. La préparation du sac est toujours un moment particulier : plein de doutes, de questionnement, parfois de filouteries, mais aussi plein de certitudes.

La nuit fut bonne et suffisamment longue, même si le réveil à 5h15 fut un peu rude. Nous descendons donc en compagnie de Jocelyn et de Fabrice, deux autres ambassadeurs Mizuno (des avions de chasse quand ils courent !) prendre notre petit déjeuner, qui avait été préparé par nos hôtes. Comme je sais que la journée va être longue, pas d’hésitation quand je vois le pot de Nutella qui passe devant mes yeux. Bim, bam, boum : ce sera café, viennoiseries et tartines de Nutella !

Nous avons rendez-vous à 6h45, sur la ligne de départ, afin d’écouter le briefing d’avant course. Voilà, 40 kilomètres et 3000mD+, il va faire chaud, des ravitaillements liquides ont été rajoutés…

5-4-3-2-1 et c’est parti ! Je pars dernier ou avant dernier en compagnie de Grégoire (un autre ambassadeur Mizuno) qui la semaine passée s’était envoyé une belle promenade de 60h sur les chemins de Stevenson. Nous partons tranquillement en direction du premier cp et ravito : le fort du Roc Noir. Nous profitons pour admirer le paysage, faire des photos… le podium de la course se jouera sans nous.

Et puis, la deuxième montée se profile déjà : la montée de Louïe Blanche. Un truc dans lequel, si tu n’as pas l’habitude de grimper, tu peux te demander ce que tu fais ici. Pour ma part, je prends le temps de monter à mon rythme. Grégoire n’est plus avec moi car il a opté pour le mode rando. Une fois en haut j’entame une belle partie roulante en descente. Nous sommes passés de l’autre côté de la station et le paysage qui s’offre à nous est vraiment très montagnard, sauvage, calme. La descente se termine par l’arrivée sur une piste à 4×4 qui nous emmène dans un cirque magnifique, dans lequel passent paisiblement des brebis. Au bout de cette piste, non loin du refuge du Ruitor, se trouve un ravitaillement. Encore une fois les bénévoles sont aux petits soins pour nous. Ils nous proposent gentiment de remplir nos bidons, échangent des mots gentils avec chacun des coureurs qui passent sur le ravito. J’avoue que sur ce ravitaillement j’ai vraiment pris le temps, presque trop… mais tant pis.

En avant pour s’envoyer la montée du Monseti. D’abord douce, la pente se fait plus rude au fur et à mesure que l’on progresse. Le ruisseau qui nous entoure me permet de me mouiller et faire descendre la température du corps. Cela avait été une des raisons de mon abandon l’an passé à Champex. La descente derrière ce col est très agréable, très roulante. Un joli petit sentier de montagne qui traverse des prairies. Dans cette partie, je reprends pas mal de coureurs. Comme quoi, partir à l’économie ça a du bon ! Déjà le ravito situé avant la montée du Retour est là. La montée qui m’attend ensuite n’est ni la plus longue, ni la plus pentue. En effet, au début, nous rejoignons le fond du vallon, formant une espèce de cirque, toujours en longeant un ruisseau, bordé de myrtilles. J’en profite pour m’offrir mon ravito sauvage. Ces fruits ont été gorgés de soleil et donc c’est juste bon ! Je dois en être à 6h et quelques de course, et je suis toujours bien et confortable dans mes Mujin 4. Je dois dire que ces chaussures, que je ne connaissais pas, sont très confortables et la semelle Michelin fait un excellent job dans les parties techniques un peu glissantes.

Une fois en haut, littéralement je compte les « morts ». Sur ce ravitaillement (du lac du retour), je prends vraiment le temps de me refaire une santé. La montée fut rude, brutale et sans répit. Et puis le paysage est tellement beau par là-haut. Mais bon, il faut bien repartir : le chrono tourne !

Plus on descend, plus il fait chaud. Arrivé au dernier CP, ô surprise : un bassin ! Je mouille mon t-shirt entièrement et bien entendu, il me faut cinq minutes après ça, pour me sécher. Les vêtements que je porte, sont à ce sujet très bien conçus. Ils sont prévus pour évacuer et sécher rapidement la transpiration. Je dois dire que le séchage y compris en étant trempé est très rapide.

Pour le coup, si le parcours était vraiment chouette et beau, la dernière montée ne me laissera pas un souvenir impérissable. Long. Sur une piste. En plein soleil. Voilà ce que je peux en dire, mais l’arrivée est proche. Passage devant l’hôtel, puis sur le petit chemin piéton et enfin, cette arche que je repasse, 8h22 après l’avoir passé une première fois. Les jambes sont encore en bon état. De bon augure pour mon rendez-vous chamoniard du mois d’août !

Si je résume mon weekend :

  1. de belles rencontres, qui je pense laissent présager de bonnes tranches de rigolades

  2. du matériel vraiment de qualité, bien développé. Aussi bien les chaussures que la tenue. Pas d’échauffement intempestif ni sur les pieds, ni à cause du textile.

Prochaine étape : la CCC, « petit » morceau de 101 kilomètres à s’envoyer le 1er septembre !

La tenue de Jean-Sébastien était composée de :

  1. Une paire de Wave Mujin

  2. Un t-shirt Mujin

  3. Un short Mujin

Bénéficiez de 15% de Réduction Immédiate avec le Code Promo TRAILSESSION

14657787_10154616273784894_1849556386_n

Trail Session Magazine, Juillet 2017

Inscrivez-vous à notre Newsletter !

14938123_1454470054566419_4212488447338767112_n





A lire aussi:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *