OFF
ON
Boxed

La tribu Kayapo en danger

Tribu Kayapo

.

Pendant que les magazines et les chaînes de télévision du monde entier parlent de la vie des célébrités dont on se fiche éperdument, le Chef de la Tribu des Kayapo vient de recevoir une nouvelle désastreuse pour sa tribu… Dilma, le nouveau président du Brésil, a donné son accord pour construire la troisième plus grande centrale hydroélectrique du monde en plein milieu de leur habitat naturel.  Trail Session se fait le relais de ce véritable scandale à la fois humain et écologique.

.

« Je suis fatigué, je fatigue… »

Raoni Metuktire, le Cacique de la tribu Kayapo s’est rendu à Paris, le 13 décembre dernier, afin de défendre la cause de son peuple et la protection de la forêt Amazonienne. Épuisé,  il est apparut affaibli par son grand age ( 82 ans). Quatre décennies qu’il se bat maintenant, et il confirme que cela sera la dernière fois qu’il voyagera en occident, passant le relais à ses neveux. Il a pu rencontrer plusieurs responsables européens dont François Hollande. Accompagné de son neveu Megaron Txucarramae qui l’aide pour traduire les conversations, le chef tribal se dit satisfait de l’accueil qu’il a reçu.

.

Avec le président de la République Française, Mr François Hollande.

Avec le président de la République Française, Mr François Hollande.

.

« Je suis inquiet pour la forêt et le fleuve Xingú »

Mettant en cause  la déforestation et de la construction du barrage hydroélectrique Belo Monte, le chef tribal dénonce ce projet monté en 2005 et dont le début des travaux a commencé en janvier. «Mon peuple et tous les autres sont inquiets. (…) Il faut arrêter tout cela. C’est important pour nos enfants, pour les générations futures . Que les Indiens et les Blancs se respectent mutuellement, pour vivre ensemble sans problème…Je vous embrasse tous.»

Le chef Raoni explique lui avoir notamment demandé à François Hollande de transmettre son message à la présidente brésilienne Dilma Rousseff, qui a justement été reçue par le chef d’Etat français mardi à l’Elysée. Gert-Peter Bruch, président de l’association Planète Amazone, à l’origine de cette campagne européenne «Urgence Amazonie»*, indique que l’un des principaux objectifs  est de «renouer le dialogue avec le gouvernement brésilien, qui claque jusqu’à présent la porte aux populations autochtones…Cette campagne, politique, a permis à la tribu Kayapos d’avoir un écho international. Mais ce qui n’est pas normal, c’est qu’ils (les indigènes) soient plus écoutés à l’extérieur de leur propre pays.Il y a encore beaucoup de travail», soupire-t-il, regrettant le peu de résultats concrets alors que Raoni «voyage depuis 25 ans en Europe et dans le monde».

Par la même occasion, Gert-Peter Bruch rappelle qu’en achetant du bois illégalement importé en Europe, on participe aussi à la déforestation et donc à la violation des droits des indigènes par la même occasion. Il indique également : «On ne peut pas trop compter sur les autres continents pour avoir cette conscience écologique, Les Etats-Unis ne ratifient jamais les traités, l’Afrique a d’autres priorités, et l’Asie n’en parlons pas», résume-t-il.

Megaron Txucarramae, neveu du chef, prend à son tour la parole : « On vient de très loin pour vous transmettre ce message, même si la déforestation se passe très loin de chez vous. C’est un problème dans le lequel nous sommes tous responsable.« .

Une vidéo sur les heurts qui ont eu lieu le 7 novembre dernier entre l’ethnie Munduruku, dans le Nord du Brésil, et les autorités locales a été diffusée. La police environnementale avait été chargée d’enlever les «fazendeiros» -les chercheurs d’or-, sur les terres indiennes, quand un conflit a éclaté entre les deux camps, la police fédérale aurait commis des violences sur des femmes et des enfants…la situation est explosive. «Un guerrier a été tué et deux grièvement blessés, c’est une triste situation et nous remarquons un taux de suicide très élevé chez les autres ethnies comme les Guarani Kaiowa».

Le leader Kayapo, désigné par son oncle pour prendre sa succession avec deux autres de ses neveux, montre, sur une carte, l’ère qu’il souhaiterait leur voir réservée : un territoire de 180 000 kilomètres carrés, où vivent 7000 personnes, réparties en 35 villages. La prochaine étape consistera à aller porter le signal d’alarme à l’ONU dont le rendez vous tarde à venir…

.

le chef Raoni apprenant la décision de construction de la centrale hydroélectrique et l'évacuation des indiens Kayapo par la police Brésilienne.

le chef Raoni apprenant la décision de construction de la centrale hydroélectrique et l’évacuation des indiens Kayapo par la police Brésilienne.

.

Encore une fois, le capitalisme démesuré, la course aux profits en occultant les conséquences désastreuses  pour notre planète sont les principales menaces pour le futur de nos enfants. Que voulons nous laisser aux générations qui arrivent ? Aucun média n’ose parler de ce qui fâche, il est plus facile de divertir la population avec des émissions débiles ou des matchs de foot. La prise de conscience c’est MAINTENANT, et il ne faut pas attendre que cela soit les autres qui le fasse, nous sommes tous responsable.

Vous pouvez aider ce peuple en signant la pétition en ligne.

.

.

Vincent Cassel a réalisé un spot que nous vous proposons de retrouver ici :

[youtube]http://youtu.be/rxQjQlAcDto[/youtube]

.

« L’avenir se joue maintenant, sauvons ce qui peut encore l’être »

TS MAG

Trail Session Magazine, 2013.

A lire aussi:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *