OFF
ON
Boxed

Le coaching mental ?

Dominique Simoncini

Un coach mental, un préparateur mental, un psychologue du sport trois noms pour une même fonction mais aussi trois points d’interrogation. Pourquoi aurai-je besoin d’une aide psychologique pour accomplir ma tache ? Pour atteindre des objectifs que je me suis fixés en conscience ? Pour m’épanouir dans ma discipline ? Finalement il y a beaucoup de points d’interrogations et plus je cherche les réponses plus je me trouve face à de nouvelles questions. C’est là qu’entre en jeu le préparateur mental, il va vous accompagner tout au long de votre cheminement en optimisant avec vous l’état de conscience de vos points forts, mais aussi en améliorant le travail sur les points faibles, en apportant des solutions à des problématiques qui se sont construites sur votre passé, votre présent et qui auront un impact sur votre futur. Vos émotions définissent votre fonctionnement, et votre fonctionnement est directement impacté par vos émotions… vous comprenez donc que le risque d’entrer dans une spirale vicieuse est grand, je vais tenter de travailler avec vous sur la construction d’une démarche vertueuse en vous apportant des outils mentaux capable de mettre en place des stratégies gagnantes.

Prenons un exemple que j’utilise régulièrement :

​Faites faire une dictée de 200 mots à un enfant, corrigez, vous trouvez 18 fautes, la note attribuée sera 2. Nous avons tous été élevés selon cette stratégie sanctionnant lourdement la faute et nous poussant à l’humilité en pointant l’erreur comme une tâche au milieu de notre front. Nous avons donc mis en place des stratégies de réflexion basées essentiellement sur la construction de l’erreur et son analyse fine. Ce fonctionnement identifie les 18 fautes comme essentielles à l’analyse, c’est oublier le socle de compétences composé de 182 mots justes qui eux ne valent que 2 ?

Cette absurdité éducative a guidé toute notre construction annihilant la conscience des compétences et la construction des stratégies de réussites puisque nous ne réfléchissons que si nous sommes sanctionnés. A force de pointer du doigt les dysfonctionnements et de pousser les réflexions que sur les résolutions de dysfonctionnements, nous en oublions que le bon fonctionnement n’est pas inné. Il est lui aussi issu d’une construction et d’une chronologie qui mérite l’intérêt. Partant de ce postula imaginons que nous inversons la notation, l’élève à maintenant 182 points sur 200, cela valorise le socle de compétences et n’enlèvera pas le désir de progression, si l’élève à 182 cela reflétera son niveau réel alors que si il à 2 cela reflète le niveau de la notation mais pas le niveau du socle de base de l’élève. Je travaille donc à valoriser en permanence chaque tache, chaque action, afin d’en comprendre la construction et son installation dans le schéma de la réussite. De cette manière on élève son niveau de conscience de ses compétences afin d’améliorer la confiance en soi. C’est ainsi que j’ai construit ma règle des trois C, ( ce n’est pas Courmayeur, Champex, Chamonix *rire*) Mais plutôt Conscience, Compétence, Confiance. La prise de conscience des compétences permet de mieux évaluer son objectif, de mieux se situer dans son schéma de performance mais aussi d’améliorer sa perception de progression. En fonctionnant comme cela la confiance s’installe et surtout la performance s’identifie au quotidien et pas seulement au moment crucial d’une compétition.

En effet combien de fois êtes vous parti vous entraîner sans être capable d’évaluer la réelle qualité de votre séance ? A part la durée, qu’est ce qui vous a informé réellement sur la qualité de la charge interne (ce que vous êtes capable de produire) que vous avez opposé à la charge externe (ce qui vous est demandé)? Je rencontre beaucoup d’athlètes qui sont capables de me décrire toutes les mauvaises sensations d’une séance et de m’expliquer avec une foule de détails comment et pourquoi ils les ont vécues. Par contre quand ils ont réalisé une bonne séance à part un sourire béat ? Les explications sur le comment et le pourquoi sont absentes. Si c’est votre cas, si vous ne connaissez pas la méthode complexe dont vous vous êtes servis pour réussir, c’est que vous avez réfléchi depuis trop longtemps sur vos échecs.

​Il est temps de changer votre approche de la performance en sport et je vais tenter de vous y intéresser.​

 A bientôt sur Trail session !

Dominique Simoncini, coach mental et préparateur physique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *