OFF
ON
Boxed

Le gérable et l’ingérable…

Dominique

.

Dominique Simoncini, coach mental et préparateur physique, nous livre un article complet sur le gérable et l’ingérable. Un aspect capital d’une préparation réussie.

.

Aujourd’hui je voudrais vous parler de ce qui est gérable et ingérable. A chaque course, je rencontre des sportifs qui se concentrent sur des facteurs ingérables et génèrent de ce fait des stress. Ce qui est ingérable dans l’expression de la performance comme dans l’engagement que nous mettons dans notre action, provoque des incertitudes. Toutes ces incertitudes sont des questionnements sans réponse qui perturbent notre système émotionnel.

Prenons par exemple : un athlète qui s’interroge sur la qualité du plateau présent, le nombre de ses adversaires, la qualité de ceux-ci… Trouvera t-il des réponses à ses questions ? Il n’est pas certain que les athlètes présents soient tous dans une forme éblouissante, pas plus qu’ils ne soient malades. Il n’est pas certain qu’ils soient tous motivés, pas plus qu’ils ne le soient pas. Il convient donc de faire abstraction de ces paramètres qui sont des variables sans ajustement.

Essayer d’évaluer ce qui ne peut l’être ou changer ce qui est non modifiable est une des principales causes d’émotions parasites. Ces émotions augmentent le stress, particulièrement le mauvais stress. Elles nous rendent impuissants face à ces vides qui restent flous et nous empêchent de poser les contours de ce qui est défini. La concentration sur ce qui est gérable permet de bien comprendre ce qui compose la discipline et ses fondements, tout en rassemblant toute son énergie autour de ce qui représente l’expression de l’action. De cette manière, l’esprit est occupé par les démarches à entreprendre pour se préparer à l’engagement maximal.

Dans les facteurs ingérables, on retrouve le chronomètre. On ne peut pas arrêter le temps qui tourne. Il convient donc d’être concentré sur l’action que l’on accomplit pour aller du point A au point B le plus vite possible. La définition précise de son objectif personnel fait partie des éléments permettant de calibrer son action et ainsi de mieux gérer le temps qui passe.

La météo est un facteur ingérable contre lequel on ne peut rien, sauf se protéger du froid, de la pluie ou du chaud. Aborder la météo comme une contrainte est un phénomène souvent rencontré. Pourtant, elle fait partie du jeu. L’accepter c’est prendre un avantage psychologique sur ses adversaires.

La blessure est un ingérable. Les seuls facteurs limitants seront la préparation physique adaptée, l’entraînement bien construit, la concentration sur le moment et surtout, le repos nécessaire à la reconstruction de l’organisme afin d’éviter les surcharges de travail souvent génératrices de blessures.

Les règlements sont des ingérables adaptatifs. Nous devons accepter les règlements comme le fondement social de la compétition et adapter nos comportements et nos actions en conséquence.

.

Le gérable et l'ingérable.

Le public est un ingérable, souvent générateur de stress puisqu’il nous renvoie à notre propre image. Le public nous regarde, nous observe, mais finalement que savons-nous de son interprétation de l’image que nous renvoyons ? Rien ! Alors il faut faire avec sans se poser de question.

Le parcours est un ingérable adaptatif. Il ne changera pas en cours de route, sauf décision de l’organisation, et là aussi il faudra s’adapter. Le parcours une fois connu est un élément avec lequel il faudra jouer. Les reconnaissances permettront de mieux l’accepter, le connaître et définir sa stratégie. Sans reconnaissances, il faudra alors avoir une stratégie «aventurière» qui admet une part d’inconnue comme un facteur essentiel à l’action et à son bon déroulement.

Cette liste n’est pas exhaustive. Je vous laisse définir précisément ce qui est ingérable et gérable dans l’approche de votre discipline. De cette manière, vous comprendrez mieux où doit se situer votre concentration et comment capitaliser sur les éléments gérables qui vous permettront d’aborder l’évènement en étant Pro-Actif. En vous concentrant sur ce qui vous permet d’agir, vous laisserez moins de place au doute puisque l’action inhibe l’émotion.

.

Le site web de Dominique Simoncini

.

TS MAG

Dominique Simoncini, pour Trail Session Magazine, 2013.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *