OFF
ON
Boxed

Les reseaux sociaux, un atout pour votre activité trail ?

facebook

.

Les réseaux sociaux, on peut maintenant le dire sans problème, font partie intégrante du quotidien de chacun et rares sont les trailers ne possédant pas cette plateforme de communication…

.

« Quel est l’intérêt de programmer une vingtaine de courses par an si c’est pour en finir seulement 5 ? »

.

Facebook, twitter, Instagram… les réseaux sociaux sont légions. Véritable outil de communication pour certains, ils sont aussi des carnets intimes pour d’autres. Outre les athlètes qui utilisent par exemple Facebook pour être suivis par leurs fans, la plupart des coureurs du microcosme de la planète trail sont présents sur ces réseaux et pour cause… On trouve de tout, entre le descriptif de la journée de chacun ou les entrainements effectués par d’autres, le choix est vaste sur les murs ! Un moyen de communication, de relation avec les autres mais surtout avec ceux qui vivent la même passion du trail. Alors on discute, on échange, on s’engueule parfois… comme dans la vie… Il est vrai qu’il y a des avantages à faire partie intégrante de ces réseaux, on est au courant des dernières news en matière de chaussures, de matos ou d’actualités diverses. On peut y être hostile, reste que ce moyen de partage reste le plus usité de nos jours, et il faut bien vivre avec son temps, du moins pour ceux qui le veulent bien. Évidemment, rien ne vaut les expériences en nature avec des amis, ou alors les compétitions où l’on peut retrouver ses « amis » virtuels d’hier, qui seront les vrais amis de demain… Mais, (il y a toujours un mais…)il subsiste un effet pervers aux réseaux sociaux et encore plus dans le milieu du trail. En effet, comme dans tout microcosme, on a tendance à un peu trop regarder ce que fais le voisin et, fatalement, se comparer à lui, à ses entrainements, ses courses… la ou justement, la pratique du trail doit être une expérience personnelle avec le niveau qui nous est propre, la tentation de vouloir faire comme le voisin voir plus est omniprésente…

.

Cracked-Facebook-Logo-1500x1500-psd49009Comment cela se traduit-il ? On assiste à la publication de calendriers de course de plus en plus remplis, des entrainements forcement trop nombreux en occultant les périodes de repos… ce qui conduit le plus souvent irrémédiablement vers une blessure ou des abandons à répétition… Tiens, les abandons, parlons en… Quel est l’intérêt de programmer une vingtaine de courses par an si c’est pour en finir seulement 5 ? Il est difficile de ne pas se comparer avec ses amis, les athlètes… Une personne passe environ 2h par jour sur les réseaux sociaux donc imaginez le nombre d’informations ingurgités par le cerveau… plans d’entrainement, courses, performances d’athlètes sur les derniers événements trail, tout est fait pour vous monter la tête et vous inciter à faire plus que la raison (ou votre physique ) ne peut en encaisser, du moins sur le long terme. Évidemment, ce constat ne s’applique pas à tout le monde, mais c’est néanmoins une tendance que l’on peut aisément remarquer pour un peu que l’on soit attentif. Votre entrainement, surtout dans le trail, ne doit pas être parasité par cette influence internet et doit être personnalisé suivant VOS capacités et VOS envies, et non pour faire plus ou mieux que vos amis Facebook. On voit l’addiction de certains tellement forte que lorsqu’une blessure ou un abandon intervient, la personne en question préférera se retirer de Facebook le temps que la pilule passe plutôt que de voir les statuts de ses amis qui eux, s’entrainent gaiement et le font savoir sur leurs murs respectif … édifiant non ?

Alors les réseaux sociaux oui, mais avec parcimonie et avec le recul nécessaire pour ne pas faire n’importe quoi et mettre sa santé en danger… On est tous différents, échangeons, rions, critiquons même ! Mais gardons la lucidité d’esprit dans notre manière d’aborder la pratique du trail au travers de ces réseaux qui ne sont que le reflet des activités de chacun, en aucun cas comparable, en toute simplicité !

.

TS

Trail Session Magazine, 2014.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *